Le profil complet !

Le profil complet !

Chaque année depuis 2 ans je me fixe un défi personnel ou un OFF comme on appelle ça maintenant, ayant pour but de se dépasser sur un évènement réfléchis à l'avance et que je souhaite partager avec les personnes qui veulent bien m'accompagner. 

L'idée est donc de choisir le lieu, le concept et ensuite faire ma trace. 

Pour le 3ème j'ai choisi le Jura qui m'est si cher, pour en faire la traversée sur 3 jours par les crêtes avec un parcours alternant le Jura France et le Jura Vaudois, en passant par les plus beaux points culminants du département.

Une trace sur le papier de 190km et 8000m de D+ qui en fera au final un peu plus, avec un total de 12 sommets enneigés, au départ de Pontarlier dans le Doubs et une arrivée à Bellegarde-sur-Valserine dans l'Ain, baptisée à l'unanimité, la JCC pour Jura Convivial Crossing.

Pour tenter l'aventure, 5 joyeux lurons ont répondu présent dont Vincent en guise d'assistance et de reportage photos, une précieuse présence plutôt confortable pour une telle aventure. 

Le rendez-vous est donc pris le vendredi 3 mai fin d'après-midi pour un départ en voiture de la maison direction un hôtel Ibis de Pontarlier, point de départ de la première étape. 

On est tous motivé comme jamais, prêt en en découdre et découvrir ce tracé qui devrait nous réserver quelques belles surprises liées à une météo peu favorable !!

L'ambiance est bonne, on arrive sur place 3h plus tard, Nico en amoureux du Jura, que j'avais connu sur l'UTTJ 2018 nous rejoint en provenance de Paris en blablacar. 

On récupère nos chambres, puis direction le restau attenant à l'hôtel, au plus proche. Au menu burger pour tout le monde, on prend des forces pour ce qu'il nous attend. 

Fin de soirée, tout le monde dans les chambres, on prépare les affaires et on se donne rdv pour le petit déjeuner un peu avant 6h.

Le burger des troupes !

Le burger des troupes !

Jour 1, 5 mai 2019, le réveil sonne à 5h...on y est la JCC va pouvoir commencer depuis le temps au'n en parle elle nous tend les bras, à nous 3 jours de gambade !

Après une bonne douche, on s'habille puis direction le petit déjà', on fait le plein d'énergie, un oeil sur la météo, il ne pleut pas, on va donc s'en contenter car le soleil n'était pas prévu à l'ogre du jour !! 

On charge la voiture de nos affaires, on échange avec Vincent sur les points de passages, petite photo de départ et les fauves sont lancés ! 

Au départ, de gauche à droite : Philippe, Nico, Karl, Moi et Baptiste
Au départ, de gauche à droite : Philippe, Nico, Karl, Moi et Baptiste

Au départ, de gauche à droite : Philippe, Nico, Karl, Moi et Baptiste

1ère étape : 81,7km et 4000m de D+ reliant Pontarlier à l'Abbaye (Suisse)

Le départ est donc donné au lever du jour un peu avant 6h30, volontairement tôt pour profiter pleinement de cette grosse journée qui nous attend.

On part de l'hôtel, un peu de bitume pour se mettre en jambe, tout va bien la météo est bonne, mais on ne sait pas bien pour combien de temps ! Le premier objectif sera le col du Chasseron en Suisse qui culmine à 1606 m. On est parti sur un bon petit rythme et après 3 bons kilomètres la première bosse se dresse à nous pour rejoindre le fort Mahler de la Cluse et Mijoux, très beau joyaux avec un première belle rencontre insolite avec nos premiers supporters, des chamois curieux de nous voir passer par ici !! 

Nos spectateurs !

Nos spectateurs !

On redescend, pour rejoindre une petite portion de route, puis ensuite une petite route agricole en légère montée, tout va bien, la météo reste clémente et nous approchons doucement de la frontière Suisse, la première d'une longue série car le parcours alternera tout le long de part et d'autre de la frontière.

Cette frontière nous fait passer dans un sous bois bien sympa, ça court plutôt bien, nous passons le 15ème km et un plus loin on aperçois Vincent planqué sur le côté pour immortaliser nos premiers instants ! 

Les joyeux lurons !

Les joyeux lurons !

Ce premier rdv fait du bien avant de s'attaquer à la première grosse difficulté du parcours, on prend quelques minutes pour un ravito express, puis on repart ! 

On poursuit sur une route, Vincent nous double et nous klaxonne en guise d'encouragements, puis rdv tout là haut au Chasseron maintenant ! 

On traverse quelques petits villages de montagne bien paisible, on est les seuls dehors à une heure si matinale, la nature nous appartient et la météo commence à être changeante, la pluie fine s'invite à la fête ! 

Puis le départ de l'ascension se profil devant nous, on est parti pour un peu moins de 5km et 600m de D+ sur un chemin plutôt bien tracé, puis que l'on perdra par endroit à cause de la neige que nous rencontrons à partir d'une certaine altitude et qui viendra pimenter notre aventure !

On monte plutôt bien, j'avoue qu'on ne voit pas grand chose du paysage, le temps se dégrade, le brouillard cette fois-ci mais la bonne humeur est toujours bien présente et c'est l'essentiel.

Le début de la neige !

Le début de la neige !

Puis on continue l'ascension, on sent que plus on monte, plus la météo se dégrade, pour la vue il faudra revenir je pense !! On approche petit à petit du sommet, on croise 2 filles avec le sac à dos, plutôt motivées aussi compte-tenu des conditions climatiques (vent, neige, froid glacial). On contourne l'hôtel, puis pas de Vincent, on se fait tous la remarque, a-t-il réussi à monter jusqu'ici avec cette neige ou pas...puis on ne s'attarde pas on redescend et on voit la voiture...ouhaou quel plaisir de se dire, il ne devrait pas être très loin. Alors on arrive à le joindre et en réalité il est bien là, un peu plus haut mais avec le temps tellement mauvais on est passé juste à côté de la trace qui mène au sommet, alors demi-tour et nous partons à sa rencontre pour aller chercher et atteindre ce point culminant, le fameux Chasseron. On y est, aucune vue possible mais en revanche un vide impressionnant sous la barre rocheuse. On prend le temps de faire quelques photos avec Vincent, puis place à la redescende car il ne fait vraiment pas chaud !!!

Au Chasseron
Au Chasseron
Au Chasseron
Au Chasseron

Au Chasseron

On salut Vincent et on lui donne rdv à Ste Croix cette fois-ci pour le ravito. La descente se passe plutôt bien, on sent que l'on reprend quelques degrés, ça fait du bien car le froid est bien supportable mais on est un peu sensible au bout des doigts !! Tout le monde va bien, ça court bien, on gère l'effort, on sait que ça sera long alors on ne se met jamais dans le rouge, le but étant vraiment de profiter et s'attendre.

On continue un peu la descente, puis on longe une petite crête dans le vent et brouillard qui va nous emmener au Cochet, un peu en dessous du Chasseron en altitude, juste le temps d'immortaliser l'instant car un coeur y est dessiné avec des pierres !!! laugh

Nico en profitera pour faire une dédicace à sa chérie !! 

 

La traversée du Jura par les crêtes !

On ne traîne pas non plus là haut, car les conditions ne sont vraiment pas bonnes, alors en route pour la descente qui va nous mener au km 33 pour faire un bon ravito et reprendre quelques forces physiques et morales !

On arrive un peu humide et bien vivifié à Ste Croix après une descente prudente, nous sommes contents de retrouver Vincent qui nous a concocté un ravito 5 étoiles !!! Je vous assure que ça fait du bien, les sensations sont bonnes pour tout le monde.

On se jette sur les cakes maisons de Nico, le saucisson, etc...bref on s'hydrate car on se rend compte qu'on ne boit pas beaucoup par ce temps et on en profite pour faire le plein de flasques à peine vides ! La pluie est présente aussi, on s'abrite comme on peut sous le coffre de la voiture, puis au bout d'un quart d'heure on se décide de repartir car on commence à se refroidir et la route est encore longue. Alors un grand merci à Vincent, sa présence est précieuses et on se donne rendez-vous un peu plus loin après les Aiguilles de Baulmes normalement !

On repart revigoré et boosté pour malgré le temps s'attaquer à une autre grosse difficulté du parcours, l'ascension aux Aiguilles de Baulmes avec passage sur des crêtes ! 

On poursuite légèrement en descente au milieu du village de Ste Croix, on ne laisse pas indifférent les passants qu'on croise, puis on s'attaque à l'ascension soit 4,5km et 500m de D+ qui se dresse devant nous. Tous les voyants sont au vert alors venga, quand on jette un oeil là haut, on sait qu'on devrait prendre un sale temps mais on est bien équipé et le moral des troupes est bon c'est le principal.

On grimpe plutôt bien, on alterne la marche, un peu de course, on prend le temps pour discuter aussi c'est le but de ce OFF, s'attendre, s'entraider, discuter quand on peut pour prendre un max de plaisir dans l'effort.

On approche petit à petit du sommet, on sent la technicité sous nos pieds, nous sommes sur les crêtes, voir par endroit des arrêtes où la pose de pied doit être précise car la météo a rendu les conditions difficiles et les appuis fuyants. On arrive à trotter par endroit sur le dessus, puis on fait preuve d'une grande vigilance et attention sur les rochers et les pierriers !

Aiguilles de Baulme !
Aiguilles de Baulme !
Aiguilles de Baulme !
Aiguilles de Baulme !
Aiguilles de Baulme !
Aiguilles de Baulme !
Aiguilles de Baulme !
Aiguilles de Baulme !

Aiguilles de Baulme !

J'avoue c'est assez impressionnant d'être perché là haut par ce temps, dommage pour la vue car ça doit être magnifique mais là on ne voit rien. On se contente de voir à quelques mètres devant nous pour rester prudent, puis on devine le vide sur notre gauche, suffisamment pour garder une bonne attention. Place à la descente cette fois-ci, tout aussi technique, pas mal de cailloux, de racines à éviter, puis un goulet à un moment presque à la vertical, ouhaou ! On croise sur le dessus un trailer à qui on demande s'il a croisé notre Vincent et il nous indique que oui un peu plus bas, super on va donc bientôt le croiser.

Puis après ce goulet, on retrouve un semblant de sentier et on aperçois en effet Vincent qui est là, qui a garé la voiture tout en bas et qui gentiment est venu à notre rencontre pour saisir quelques instants de notre descente épique ! Merci l'ami.

Merci au traitement d'image on a presque l'impression qu'il fait beau !!!

Merci au traitement d'image on a presque l'impression qu'il fait beau !!!

On continue notre descente pour rejoindre la voiture et attendre Vincent pour le remercier, on est au km 40.  Rdv au prochain check-point , le village du petit prince de l'UTMB, km 55 à Jougne.

Mais en attendant, nous avons descendu pour mieux remonter, au Suchet un peu plus haut que les Aiguilles, toujours avec un temps dantesque où le grésille, la neige et le vent viennent nous fouetter le visage. Les troupes vont bien, ça ressert les liens, on s'encourage, se motive, en revanche nous ne sommes pas trop gêné par la neige au sol, on arrive plutôt à bien courir ce qui est bon pour le moral ! On est donc reparti en montée, pas très longtemps, 4km et 200m de D+ mais toujours avec le même temps. Une fois de plus dommage pour la vue, ça ne sera pas pour aujourd'hui. Il s'en suit une longue descente de 10km avec une alternance de petits faux plats, de coups de cul mais globalement descendant pour retrouver le petit village Entre-les-Fourgs puis enchaîner avec celui de Jougne où l'on retrouve une portion de route que l'on souhaiterait éviter. On arrive à trouver un petit chemin dré dans le pendu pour rejoindre le centre du village et retrouver plus haut Vincent qui nous attend, coffre ouvert, le ravito de sorti sur une petite table, un vrai bonheur, il est aux petits soins pour nous ça fait du bien. Le temps s'est bien amélioré, on arrive même à bénéficier de quelques éclaircies ! On bénéficie donc d'une bonne dose d'énergie, on refait les pleins des flasques, on donne quelques nouvelles à la famille et aux potes en bénéficiant du réseau sur France.

 

Jougne ravito et pause café !
Jougne ravito et pause café !

Jougne ravito et pause café !

Baptiste a une envie de café, alors on salue Vincent puis on fait quelques hectomètres pour se rendre au café de l'hôtel du village pour la petite pause café, histoire de se réchauffer avant de se lancer dans l'avant dernière ascension de 8 km et 460m de D+, pour atteindre le Mont d'Or, terrain de jeu d'un certain Mr Xav Thevenard !!

On repart motivé, une petite portion de route, j'ai oublié mes gants dans la voiture, boulette de ma part, donc va falloir se débrouiller sans, je cacherai mes mains dans mes manches et ça passera. 

On croise quelques personnes au pied de l'ascension, le ciel n'est pas encore trop capricieux mais en levant les yeux on se rend bien compte que là haut ça ne sera pas la même !! On alterne la marche et le trot sur ce petit faux plat montant, avant de se lancer dans l'ascension. On débutera par un sentiers, puis on fera une montée par le bord des pistes de ski et on va même se retrouver sur les pistes de descentes de VTT de Métabief à se farcir en montée !! La neige commence à tomber sérieusement, on en prend plein la figure, mais on avance groupir ! On passe par le Morond avant d'accéder au Mont d'Or et entre apercevoir notre Vincent au loin dans le froid et la tempête de neige, qui nous attend là pour nous encourager, c'est top, merci poto ! Il en profite aussi pour me redonner mes gants, merci car j'en urai bien besoin pour la suite ! On prend quelques minutes, dommage aucune vue alors qu'en temps normal ce point de vue est super joli pour l'avoir fait une fois par beau temps, mais la météo en a décidé autrement aujourd'hui ! 

La traversée du Jura par les crêtes !
La traversée du Jura par les crêtes !
La traversée du Jura par les crêtes !
La traversée du Jura par les crêtes !

On ne tarde pas trop, le temps est vraiment pas de la partie, on se lance donc dans les 6km de descente qui vont nous conduire à Vallorbe, point ravito où la météo devrait être un peu plus clémente.

Tout va bien, tout le monde fait face aux dures conditions mais avec un moral d'acier pour avancer. La descente permet de courir un peu, allonger un peu la foulée car la neige disparaît en descendant dans la vallée, mais on reste prudent car la fatigue commence à se ressentir mais tous les voyants sont bien au vert pour tout le monde. On arrive donc à Vallorbe où on s'était donné rdv avec Vincent pour une petite collation avant de rejoindre l'arrivée. Nous approchons du km 70, il nous reste une bosse et c'est la descente vers l'Abbaye.

Peu de répit en bas, moins de 1km à plat avant de se relancer dans 6,5km de montée et un peu plus de 700m de D+ pour aller rejoindre de nouveau la pluie, la neige et le brouillard là haut à la Dent de Vaulion.

La montée se passe bien toujours, chacun son rythme, on est un peu dans notre bulle par moment et d'autres moments on monte ensemble ou à 2 ça motive. On sait que l'arrivée se rapproche maintenant. Nous sommes dans les temps que nous nous étions fixés à peu de chose près donc on est serein. 

On arrive au sommet, la météo est toujours aussi mauvaise, on ne voit toujours rien des potentiels points de vues que ces crêtes auraient pu nous offrir mais il faut faire avec, la météo on ne la choisi pas on fait avec ! 

 

La Dent de Vaulion
La Dent de Vaulion
La Dent de Vaulion
La Dent de Vaulion
La Dent de Vaulion

La Dent de Vaulion

Une fois au-dessus, on ne tarde pas pour se lancer dans la dernière descente de la journée qui va nous mener à l'Abbaye, notre camp de base, l'hostellerie la baie du lac ! 

C'est donc presque 6km de descente, pour apercevoir avec 2km de l'arrivée de cette première étape, le fameux lac de Joux, une très belle étendue. On s'attend, de telle sorte à arriver tous ensemble, c'est notre leitmotiv, on part ensemble on arrive ensemble. La fin se termine par un petit chemin qui surplombe le lac et une petite portion de route pour rejoindre l'hôtel où un mélange de pluie et de neige nous accompagnera jusqu'au bout !! 

On arrive encore à plutôt bien allonger la foulée, on se fait tous la remarque, c'est plutôt bon signe car cette étape c'était la plus difficile sur le papier ! On arrive sur le parking de l'hôtel, Vincent est déjà là, il nous scrute depuis la fenêtre de chambre. On se congratule tous, voici une belle première étape de 81,7km et 4000m de D+ de bouclée ! On récupère les affaires dans la voiture et on file dans les chambres se prendre une bonne douche et aller se restaurer, mais aussi s'hydrater pour se remémorer cette journée dantesque !

La récup'
La récup'
La récup'

La récup'

2ème étape : L'Abbaye - Lajoux, 68km et 2800m de D+

Après une bonne nuit de sommeil, le réveil sonne vers 5h, une bonne douche et rebelote rdv en bas de l'hôtel. L'heure est tellement matinale, que la serveuse avec qui nous avions bien sympathisé la veille nous a dressé des tables que pour nous afin que l'on étale notre petit déj'. Un oeil sur la météo, ça semble aller mais en regardant bien en altitude, ça semble encore être bien pris...on ne devrait pas voir grand chose encore aujourd'hui, par contre la motivation est bien présente et la bonne humeur aussi.

Le petit déjeuner engloutit, le plein des flasques fait, on s'arrête à saluer notre assistant de choc, pour se lancer dans cette seconde étape qui nous promet de belles surprises !

Idem que la veille, une petite photo de départ sur le parking de l'hôtel, puis c'est parti. 

 

La traversée du Jura par les crêtes !
La traversée du Jura par les crêtes !

En route sur une petite portion de bitume, en côte histoire de se chauffer, on se fait tous la remarque que les jambes répondent plutôt bien, tout le monde a bien récupéré de la veille même si évidemment on sent qu'un effort physique a été fait !

Cette bosse se poursuit sur un chemin, qui va nous monter progressivement au premier sommet de la journée, le Mont Tendre !

Elle se passe en 2 parties, avec la seconde partie dans des conditions dantesques, où la neige s'invite pour de bon et se retrouve même sous nos pieds avec une quantité qui risque de nous rajouter une difficulté ! Au total c'est 10km de montée pour prendre une peu plus de 700m de D+.

Le vent s'invite à la fête aussi et c'est en mode Mike Horn que nous grimpons à notre rythme, on se distance un peu, on se retrouve un peu chacun dans sa bulle gelée, pour arriver ensemble au sommet de ce fameux Mont Tendre dont on verra rien du tout de la vue compte tenu des conditions météo exécrables, pour le moins très hivernales pour un mois de mai !!!! Au dessus il fait un vent glacial et violent avec un ressenti avoisinant les -15 degrés je pense !! 

Mont Tendre
Mont Tendre
Mont Tendre
Mont Tendre
Mont Tendre

Mont Tendre

On ne traîne pas longtemps, juste le temps d'immortaliser tout ça car franchement pour un mois de mai, c'est épique ! On met ensuite le cap sur la descente, avec une alternance de coups de culs et descentes dans une neige impressionnante, qui nous empêche d'avancer à notre allure normal, on s'enfonce beaucoup, les appuis sont fuyants, on dépense beaucoup d'énergie pour arriver seulement au bout d'un peu plus de 3h à retrouver Vincent qui était monté en voiture nous rejoindre et nous attendre au km 18 environ. Il en profite pour se faire plaisir avec l'objectif et nous se ravitailler car le moral en a prie un coup sur cette portion !

Petit plaisir de Vincent !

Petit plaisir de Vincent !

On poursuit en descente en sous bois, enneigés, mais ça se court plutôt bien, avant la grimpette en direction du Crêt de la Neuve, bien matérialisé par nos voisins Suisses !!

Crêt de la Neuve
Crêt de la Neuve
Crêt de la Neuve

Crêt de la Neuve

Les 6 km qui suivent sont un très long chemin de croix, où il faut faire face au vent, la neige, le brouillard, on peut à peine courir, les appuis sont fuyants, on tient à peine debout dans cette neige à perte de vue et dans laquelle on s'enfonce à chaque pas de 30 cm... c'est usant, mais on se motive, on s'encourage pendant que notre Karl lui semble plutôt à l'aise sur ce terrain, on vit un snow trail pur ! On distingue au loin un chalet, une sorte de ferme, c'est notre objectif. Après quelques longues minutes, on fini par l'atteindre, il fait un vent glacial, on s'abrite comme on peut en attendant tout le monde, puis on repart à travers champ ou plutôt à travers neige où l'on distingue au loin un refuge. On avance tête baissé, on passe un sale quart d'heure comme on dit, puis ça y est on y est, le temps d'une petite photo et on repart tellement il fait froid. Et si on prend idée d'entrer dans le refuge comme l'avais suggéré notre ami Baptiste, c'était au risque de ne pas ressortir de si tôt...alors on file on se réchauffera ce soir !!! 

La traversée du Jura par les crêtes !

On continue en mode grimpette, on avance pas bien vite, mais on avance quand même. Puis on bascule en descente sur un petit 2km où l'on traversera pour la énième fois la frontière, ici plutôt bien matérialisée, le temps d'une photo !

La frontière

La frontière

On apercevrait presque une petite éclaircie, le temps semble changer légèrement pour notre plus grand bonheur. Idéal pour ce qui nous attend, la jolie ascension du Noirmont, station de ski jurassienne, que l'on grimpera sur une crête plutôt sympa et très praticable. Une belle pente à vue d'un km et un peu moins de 200m de D+, idéale pour les cuissots. On grimpe chacun à son rythme, on monte plutôt tous bien et on distingue notre point de vue au-dessus, puis après quelques efforts encore on y est, cette crêtes est vraiment très belle.

Le Noirmont
Le Noirmont
Le Noirmont
Le Noirmont
Le Noirmont

Le Noirmont

Au-dessus la vue est très belle, on aperçois même notre prochain point de vue, la Dôle au loin, le ciel se dégage légèrement ça fait du bien au moral après ce qu'on vient de traverser comme météo. Place maintenant à 4 bons km de descente direction la Cure, lieu de frontière entre France et Suisse mais aussi de rendez-vous avec Vincent. J'arrive à plutôt bien descendre, allonger la foulée, trottiner sur ces longs chemins dégagés, on sent la neige disparaître au fur et  à mesure que l'on descend puis on débouche au bout du chemin sur un parking où nous attend Vincent bien au chaud dans la voiture.

La traversée du Jura par les crêtes !

On se ravitaillé, on passe commande de chocolats car ici c'est l'endroit où tu peux faire le plein de chocolats suisses, on envoie quelques messages à la famille et aux potes, puis maintenant direction le 2ème point culminant du Jura, lieu que je connais bien pour avoir skié à plusieurs reprises sur le domaine et l'avoir grimpé en été en famille, j'ai nommé la Dôle, la fameuse boule blanche que l'on voit de loin, notamment depuis chez nos amis Suisses et Hauts Savoyards qui sont juste en face !! On prend un bout de route, puis on bifurque dans un petit lotissement avec plein de jolis chalets, avant de se lancer sur un chemin assez large qui va nous mener au pied de l'ascension. Notre Baptiste a opté pour les bâtons, pour s'aider un peu en bosse, puis nous voilà parti dans le pendu, ça s'élève devant nous, on la distingue au loin. On suit la trace GPS de la montre, puis 2 groupes se forme car Karl et moi faisons confiance à la montre, tandis que nos 3 autre lurons prenaient un autre sentier. Finalement qu'importe ils savent que le point de rdv est tout là haut. En effet ils avaient peut-être raison car on a fait un petit détour avec Karl et on se retrouve finalement à grimper droit dans la pente car la neige refait son apparition et  a gommé la trace du sentier, on monte donc à vue, tandis que nos 3 loustiques sont déjà bien haut devant nous !

La montée se passe super bien, la neige porte plutôt bien, on va prendre 450m de D+ sur 3 km mais les jambes répondent plutôt bien et le fait de connaître un peu ce qui m'attend rassure un peu, surtout que la vue en vaut vraiment le détour ! 

On arrivera un peu après les gars, la vue est superbe, le ciel se dégage, mais le vent souffle très fort et est glacial ! On prend quand même le temps d'apprécier la vue sur le lac de Genève notamment et faire quelques photos.

 

La Dôle
La Dôle
La Dôle
La Dôle
La Dôle
La Dôle
La Dôle

La Dôle

Place à la descente, on fait attention où on met les pieds car en le givre, la neige et les cailloux il faut quand même faire attention. J'en profite pour immortaliser le muret qui représente la frontière, très joli ! Puis c'est parti, on trottine dans la descente, prudemment, avant de retrouver 4 km plus loin notre Vincent qui est là pour nous faire un coucou, avant de mettre le cap à Lajoux.

En ce qui nous concerne, il reste encore un peu plus de 15km mais qu'une seule petite grimpette, ça sent bon l'arrivée.

La traversée du Jura par les crêtes !

On prend une petite portion de route, de 4km, avant de se bifurquer sur un chemin agricole en montée, sur un peu plus de 3km puis on commence à apercevoir sur le sentier les premiers panneaux indiquant Lajoux, c'est bon signe ! On va arriver en même temps que Carole d'après ce qu'elle m'a dit, on a un bon petit rythme de trot, même si on sent que les organismes aujourd'hui on n peu souffert de la météo, en tous cas le moral et la déconne est bien toujours présente. C'est donc d'une foulée motivée qu'on avance, pour rejoindre progressivement Lajoux, on s'attendra à un croisement afin d'arriver tous ensemble chez Carole, que j'aperçois et qui s'arrête pour nous saluer, quelle synchro ! :-)

Tout le monde est là, on repart, petite portion de route de moins d'un km pour rejoindre le chemin qui mène au chalet de Carole qu'on voit au loin. Vincent nous regarde à travers la fenêtre, on arrive, ça y est nous voici finishers de notre 2ème étape et pas des moindres !! On se congratule, on est heureux d'en avoir fini elle nous a bien renforcé celle-ci et forgé le mental !

Vincent a eu la gentillesse de nous monter nos affaires, il est vraiment au top, merci encore l'ami. On monte donc au chalet, chacun file prendre sa douche, se réchauffer. Maintenant, le temps d'envoyer de nos nouvelles aux proches, puis place à l'apéro houblonnée bien mérité et la pasta party, le temps d'échanges passionnants avec Carole et ses hôtes d'un soir, un vrai régal cette soirée entre passionnés ! 

On ne traîne pas trop, elle nous a bien entamé cette 2ème journée, on prépare donc les affaires et demain départ tôt aussi pour profiter un max de cette dernière étape, avec le soleil en guise de récompense !!

Départ de chez Carole et profil
Départ de chez Carole et profil

Départ de chez Carole et profil

3ème étape : Lajoux - Bellegarde-sur-Valserine, 49,5km et 2200m de D+.

Une fois de plus après une courte mais bonne nuit, une bonne douche et un bon petit déjeuner, le corps repart plutôt bien, nous voilà motivé à bloc pour terminer notre périple, l'ambiance est toujours aussi bonne et aujourd'hui Carole accompagnera Vincent toute la journée, c'est top, merci à elle !! 

On se donne déjà le premier rdv celui qui se passera au pied du point culminant, dans le village de Lélex, petite station de ski familiale à 13 km du chalet ! 

On repart donc de chez Carole, on reprend un petit bout de route, avant de se lancer sur de longs chemins forestiers c'est super sympa, les jambes répondent encore plutôt bien c'est un régal.

On sent que le soleil pointe son nez et que la journée risque d'être magnifique. On continue sur le même état d'esprit, on s'attend et on avance au maximum groupir. On sent que les organismes ont réagit différemment, les rythmes sont différents, mais c'est normal, c'est pour ça qu'on prend le temps de s'attendre et s'encourager.

Puis on arrive à bien dérouler sur ces longues pistes forestières, avant de retrouve au bout du chemin Carole et Vincent qui sont là appareil à la main pour saisir quelques jolis clichés souvenirs !!

Merci Carole
Merci Carole
Merci Carole

Merci Carole

Le temps d'une petite pause rapide, tout va bien, le soleil pointe son nez c'est plutôt agréable avant de s'attaquer à la plus grosse ascension de ces 3 jours !

Direction le point culminant du Jura, le Crêt de la Neige qui culmine à 1720m d'altitude, soit une une grimpette de 840m sur les 7 prochains km !! 

On ne traîne pas trop, on se donne donc un dernier rdv avant celui de l'arrivée, autour du 40ème soit d'ici 27 bornes, on prend donc de quoi être autonome !

En route, on repart sur une petite portion de route dans la station, puis on se lance sur le sentier en montée qui va nous monter progressivement au point culminant. On commencera par une partie plutôt sèche, dépourvu de neige, on monte à notre allure, on continue à s'attendre, je me sent plutôt bien.

Puis petit à petit on retrouve la neige, avec des traces assez fraîches que l'on suit, je suis avec Karl on monte à un bon petit rythme, les copains ne sont pas loin, je trouve qu'on a encore bien la pêche avec tous ces km cumulés, c'est top. Il faut dire aussi que le soleil qui nous accompagne, nous motive et c'est la dernière étape alors chaque km parcouru et le dernier avant notre arrivée finale !

On regarde la montre régulièrement avec Karl, puis on se rend compte que l'on sort de la trace, alors demi-tour, on indique aux copains qu'il faut trouver la trace, ils préfèrent continuer sur ce chemin finalement ils auront eu raison car il va nous monter pareil au même endroit, mais quand tu ne connais pas tu préfères tenter de faire confiance à la trace ...

Je tente donc le demi-tour, passe par une pente enneigée, me faufile sous les arbres et sapins, retrouve la trace mais finalement elle est complètement recouverte par la neige, alors on décide avec Karl d'écouter les copains et de suivre la trace des pas !

La traversée du Jura par les crêtes !
La traversée du Jura par les crêtes !
La traversée du Jura par les crêtes !
La traversée du Jura par les crêtes !
La traversée du Jura par les crêtes !

Les 3 lurons ont donc pris un peu d'avance devant, mais on les retrouvera bien au-dessus, alors on avance aussi avec Karl et on profite un max de cette montée au soleil. C'est assez raide, mais ça se passe bien, puis on distingue les copains au loin, le terrain devient un peu plus technique avec pas mal de cailloux, un peu moins de neige car soufflée par le vent, mais plus on monte plus on devine la vue qui nous attend qui sera magnifique c'est certain. On trottine dès que possible, on marche, on fait attention où on met les pieds, puis progressivement on arrive au point culminant, la vue es superbe ! On continue de voir nos 3 compères au loin qui doivent avancer un peu à notre rythme si bien que l'écart reste le même, on s'attendra un peu plus loin ! On prend le temps pour faire quelques photos, puis on continue notre chemin, on a croisé des randonneurs qui accédaient aussi au même endroit que nous !

La traversée du Jura par les crêtes !
La traversée du Jura par les crêtes !
La traversée du Jura par les crêtes !
La traversée du Jura par les crêtes !

On poursuit en légère descente, c'est plutôt technique, on avance pas très vite car on fait attention et avec la fatigue l'attention n'est pas la mme donc prudence.

Maintenant direction le recule, à peine plus bas, donc on continue à descendre légèrement avant de remonter sur une espèce de crête pas dangereuse, mais bien raide avec un sentier plutôt bien dessiné. en ligne de mire les copains qui arrive au sommet, puis un randonneur sur lequel nous sommes en train de revenir, la forme est plutôt bonne ! Le vent est assez violent, on lutte car il est latéral et un peu déstabilisant mais après quelques minutes nous voilà au sommet aussi où l'on retrouve les copains, le temps de contempler la vue et immortaliser l'instant !

Le reculet
Le reculet
Le reculet
Le reculet

Le reculet

On repart en descente plutôt technique, je me cale avec Baptiste, on descend tranquille, on profite du paysage, je décide de remettre ma veste Uglow car le vent est vraiment violent et il fais frisquet même pour un jurassien !!! :-) 

Puis dès qu'on peut on trottine, on rejoint Nico juste devant, puis petit à petit on retrouve les copains Karl et Phil juste devant, la descente sur petit single est plutôt sympa avec une vue dégagé, une ferme d'alpage, une retenue d'eau, tout d'un paysage de moyenne montagne.

La traversée du Jura par les crêtes !
La traversée du Jura par les crêtes !

Puis on bas de la descente, on rejoint une petite portion de route forestière, on s'attend pour repartir tous ensemble, Karl et Phil s'étaient un peu égarés, j'attends aussi Nico et Baptiste. Nico commence à pêcher un peu, il se plaint de la chevile et notre Philou arrive avec Karl, Phil lui se plaint un peu de son genou...les organismes commencent à morfler.

On repart donc ensemble mais assez rapidement de petits écarts se creusent entre nous, pas grave on s'attendra dans tous les cas un peu plus loin. On  gambade avec Phil et Karl, Baptiste et Nico sont un peu en retrait à leur rythme et Baptiste tape la causette avec notre Kiki (Nico) ! On a encore un bon rythme on trouve après pas loin de 180km en 3 jours, on décide même avec Karl d'appuyer un peu sans vraiment le vouloir mais on s'est prit à un espèce de jeu où on arrivera même se prendre des relais pour tartiner sur 2 bornes en légère montée pour finir à un peu plus de 12 km/h !!!! Mais qu'est-ce qui nous a prit, rien juste l'envie et de bonnes sensations encore, ça fait du bien aux guiboles. On s'attendait à retrouver Carole et Vincent à cet endroit mais non ! Phil' arrive un peu après nous, le genou titille un peu et on attendra un peu plus Baptiste et Nico, car Nico commence à accuser le coup et le moral en prend un coup aussi, mais il s'accroche.

Karl est partit un peu devant en repérage, on attend que tout le monde soit là pour repartir en montée sur une route toujours, on monte tranquillement, on papote, on trottine par moments puis on cap dans un petit chemin.

La grimpette fait un peu plus de 5km pour un peu moins de 500m de D+, de quoi encore s'en mettre bien plein les jambes, mais ça sera la dernière ! smiley

On a rejoint Karl juste avant le petit sentier et on monte ensemble, on conserve un bon petit rythme, derrière on retrouve nos 3 compères qui montent à leur rythme. On s'attendra au-dessus, ils ne sont pas loin, le sommet est à vue, direction le Grand Crêt d'Eau ! Petit à petit on arrive, ça grimpe, mais ça passe plutôt bien, on retrouve de la neige, mais le temps est bien dégagé, seul le vent est encore bien présent à cette altitude ! On y est avec Karl, puis on attend les copains, juste le temps d'immortaliser l'instant, avant de se lancer dans la descente juste après !  

 

 

La traversée du Jura par les crêtes !
La traversée du Jura par les crêtes !
La traversée du Jura par les crêtes !
La traversée du Jura par les crêtes !

On repart en descente prudemment, car les appuis ne sont pas très sûres puis on arrive quand même à allonger encore un peu par moment, puis au loin on apperçoit une silhouette et en s'approchant on se rend compte que c'est Carole qui est là dans le froid à nous attendre l'objectif à la main prête à dégainer !On marque un petit temps d'arrêt, elle nous avait snipper depuis le haut !!! C'est ça aussi l'oeil du photographe !! laugh

Quelques hectomètres plus loin c'est au tour de notre Vincent à moitié allongé dans l'herbe qui nous attend depuis un bon moment aussi dans le froid, qui a eu le temps de photographier des chamois, des chardons avant qu'on dévale devant son objectif !! wink

On poursuit quelques mètres puis on marque une petite pause car nos 2 assistants de luxe on d'une part grimpé jusqu'à nous et attendu dans le froid, mais ils nous ont aussi préparé un petit ravito bien requinquant pour faire les derniers kilomètres !! Nous sommes au 41ème km, les copains arrivent progressivement, Nico connaît un gros coup de moins bien où le moral lâche complet, il craque, il a besoin de s'isoler, je file à sa rencontre, lui dit quelques mots d'encouragements, le motive comme je peux, il reste tellement peu mais beaucoup trop pour son physique et sa tête qu'il va falloir s'accrocher ! Après quelques minutes, il reprend ses esprits, se ravitaille et repart motivé pour en terminer! On repart à des rythmes un peu différents du coup, mais le but sera de s'attendre pour les derniers kilomètres et les faire ensemble !

Pour ma part les jambes répondent encore pas trop mal, les descentes sont moins faciles car on a cassé de la fibre mais dès que l'on retrouve des portions roulantes j'arrive à plutôt bien allonger avec Karl, puis à 7 ou 8 km de l'arrivée on décide de passer en mode marche pour attendre les copains, papoter, profiter un max de cette fin de traversée. On se retourne régulièrement mais personne en vue, on fait une dernière grosse descente bien raide, puis en bas on décide de les attendre, il reste un peu plus de 3 bornes.

Merci Carole et Vincent pour ces beaux clichés !
Merci Carole et Vincent pour ces beaux clichés !
Merci Carole et Vincent pour ces beaux clichés !
Merci Carole et Vincent pour ces beaux clichés !
Merci Carole et Vincent pour ces beaux clichés !
Merci Carole et Vincent pour ces beaux clichés !

Merci Carole et Vincent pour ces beaux clichés !

La suite en descente légère, fini les chemins techniques, on se rapproche de la civilisation sérieusement, on aperçoit au loin notre lieu d'arrivée, ça nous motive !! On continue de trottiner, Nico tire un peu la patte, mais ça va passer et la satisfaction sera d'autant plus grande. On continue de descendre, on a emprunté pas mal de chemins de la fameuse GTJ puis on retrouve progressivement que de la route. On croise certains passants, qui doivent bien se demander ce que l'on fait dans les rues de Bellegarde-sur-Valserine, la gare est en vue, on passe sur un pont, puis dernière ligne droite sur le trottoir on approche puis on voit au loin Carole courir vers nous pour nous donner mon drapeau Made in Jura, on se le dresse au-dessus de nos têtes pour finir ensemble. L'arrivée n'est pas très glamour dans cette ville de Bellegarde-sur-Valserine, nos 2 assistants se font plaisirs avec leurs objectifs, puis c'est l'arrivée, notre arrivée, sans banderole, sans chichi, juste l'essentiel, nous avec de belles accolades , des félicitations et des check dans les mains. On essaye de se trouver un endroit pour immortaliser l'instant puis direction la voiture pour se changer.  

Quelle joie et quelle émotion d'en finir après 3 jours intense on réalise à peine ce qu'on vient de faire, c'est fou car au cumul on flirt avec les 200km et on dépasse légèrement les 9000m de D+, par tous les temps, les 4 saisons y sont passées.

On a passé de supers moments sports et humains, on a profité un max de ces heures en pleine nature, on s'est beaucoup entraidé, encouragé, un peu tiré la bourre par moment pour s'amuser, on connu quelques petites baisses de moral passagères, liées aux dures conditions météo qu'on a pu connaître mais ça forge le mental et l'esprit de cohésion pour avancer.

On a vu des paysages somptueux et même quand ils étaient complètement dans le brouillard et la neige on essayait de les deviner.

Ce genre d'aventure ressert les liens, permet de profiter un max de la nature et se faire un gros volume d'entraînement dans la bonne humeur, sans pression !

On prend le temps de se changer, se remémorer ce que l'on vient de vivre, on trinque avec une bonne bière puis il est venu le temps des séparations ! Nico repart en train sur Paris, on se donne rdv peut-être sur le Tour des glaciers de la Vanoise en juillet pour ma part et cet été à Chamonix ! Il sera évidemment le bienvenu aussi sur notre OFF des Monts du Lyonnais, bref on espère bien le revoir bientôt ! Carole repart en même temps que nous on se dit à très vite, on la remercie une fois de plus de toute sa gentillesse, son assistance du dernier jour, l'hébergement de la dernière nuit et de sa générosité ! 

Mention spéciale à notre assistant de choc, Vincent qui lui aussi a connu tous les temps, a su patienter parfois de longues heures à nous attendre dans le froid, pour nous assurer du confort et réconfort, des bons ravitos et quelques jolis clichés souvenirs, un vrai esprit d'équipe !

Maintenant, place au retour pour retrouver nos familles, il nous faudra quelques jours pour redescendre de notre nuage, quelle aventure et expérience sportive mais aussi humaine cette JCC.

 

 

 

 

 

L'arrivée avec quelques séquences émotions !!
L'arrivée avec quelques séquences émotions !!
L'arrivée avec quelques séquences émotions !!
L'arrivée avec quelques séquences émotions !!
L'arrivée avec quelques séquences émotions !!
L'arrivée avec quelques séquences émotions !!

L'arrivée avec quelques séquences émotions !!

Cette virée ça faisait un moment que je l'avais en tête, le plaisir de tracer son parcours et au final la partager avec les potes, c'est le graal ultime. On a tous adoré, on apprend à se connaitre un peu plus, on partage des bons moments, on se sert les coudes ensemble quand c'est plus dur et on se motive, c'est vraiment ce que j'aime dans le trail aussi. Les conditions sont venues pimenter un peu notre aventure mais sans jamais nous faire douter ni flancher, au contraire ça forge le mental et ressert les liens encore plus.

Un grand merci à vous les potes pour votre bonne humeur permanente, à Laurent de chez Torq pour l'énergie, merci à Carole une fois encore pour toute sa gentillesse et sa générosité, un merci aussi à nos familles qui nous permettent de partir 3 jours en montagne et un énorme merci à Vincent notre assistant de choc qui sans lui ça aurait été plus compliqué il faut avouer. Il a été au top, toujours présent quand il le fallait, les mots justes, on en ressort avec des images pleins la tête et de jolis clichés également !  

On a mis quelques jours à redescendre de notre petit nuage, on a déjà abordé le OFF 2020, il sera normalement dans les Monts du Lyonnais car c'est aussi mon terrain de jeu d'adoption.

Retour à l'accueil