Le défi 2018 était sur 2 roues !

Après mon aventure de course à pied l'année dernière pour rallier Lyon à Baume-les-Messieurs, j'ai opté cette année pour le vélo pour rejoindre mon domicile dans le Rhône à St Genis-Laval au domicile de ma belle-soeur et de mon bauf' dans le Doubs à Belmont !!

Un défi de taille, car je n'ai jamais fait autant sur un vélo, mais en même temps c'est le but du défi et la définition par excellence. Si on sait à l'avance que ça sera facile, réalisable sans problème etc...ce n'est plus un défi !

Le tracé, je l'ai constitué de toute pièce, l'idée étant d'éviter au maximum les grands axes, ne pas trop s'éloigner et avoir un distance ainsi qu'un dénivelé raisonnable mais suffisant tout de même histoire que ça vaille le coup !!!! :-)

Le tracé fera donc 276km et un peu plus de 2200m de D+.

Ce que je n'avais pas prévu, c'est de me faire renverser par une voiture quelques semaines avant mon périple. Résultat, mon vélo en partie HS, je fais donc appelle à mon pote Mathias, gérant de Bouticycle de Pierre-Bénite, qui me prête à 2 reprises son vélo CUBE Agree SLT Disc Carbon freins à disques et vitesses électriques Di2, le top.

J'ai pu le tester un peu avant avec une virée dans les Monts du Lyonnais et 2 sorties dans le sud à l'occasion de quelques jours de vacances en famille sur Bandol.

Le départ

Le départ

J'avais misé entre 11h et 12h de selle, avec une pause chez mes parents au 150ème km dans le Jura en guise de ravito de luxe !

Vendredi 25 mai, 6h du mat', à cette époque de l'année il fait jour de bonne heure, une bonne occasion de profiter de la fraîcheur matinale et du peu de circulation.

Je pars donc en direction des quais de Saône, le soleil se lève, se reflète dans l'eau, c'est magnifique. La circulation est fluide, je poursuis ma route jusqu'à rejoindre la route de Lyon, un peu moins fun ! Ce passage n'est jamais très plaisant car c'est une longue départementale, je me fais doubler par quelques bus et camions matinaux, la circulation se densifie à cet endroit, mais fort heureusement je suis vêtu de jaune fluo pour être visible de loin.

J'avance sur un bon rythme, l'objectif n'est pas de faire un chrono coûte que coûte, mais gérer au mieux cette distance car je ne la connais pas, je n'ai jamais fait autant et il va falloir gérer.

Les km défilent plutôt bien, je sors de cette longue départementale, j'emprunte quelques petites routes et notamment au niveau de Pont d'Ain où je reconnais une partie du parcours que j'avais fait l'année dernière à pied, puis je me dirige vers Neuville sur Ain !

L'année dernière à cet endroit, c'était l'arrivée de ma première étape à pied, je reconnais bien les lieux, l'hôtel dans lequel j'avais dormi, c'est l'instant nostalgique. Je suis au 73ème km en 2h50'; tout va bien, j'ai prévu une pause au km 90 dans le village de Villereversure, un endroit que je connais, dans l'Ain.

3h30 de selle environ et c'est la pause à la boulangerie du village, le temps de refaire le plein des bidons, se ravitailler, c'est mon repère ici, pour y être déjà passé à 2 reprises lors de mes 2 montées à vélo dans le Jura.

Le temps aussi pour envoyer quelques messages, rassurer tout le monde et enlever le coupe vent qui au-delà de la sécurité m'aura tout de même bien servi pour palier à la petite fraîcheur matinale. Le soleil, fait son apparition, il me reste 60km pour rejoindre le domicile des parents, mon prochain but. Je discute sur place avec un monsieur qui s'intéresse au vélo, à ce que je fais etc...on échange, je lui explique mon périple, lui même cyclo, il trouve l'idée plutôt sympa !!

Je repars, régénéré, en route, les conditions sont top.

J'enchaîne les km, puis je passe la pancarte qui annonce mon entrée dans le Jura, je suis sur mes terres, je profite à fond de ces moments de sport portés.

RAS !!

RAS !!

J'enchaîne les km, puis je passe la pancarte qui annonce mon entrée dans le Jura, je suis sur mes terres, je profite à fond de ces moments de sport portés.

Peu après ma sortie du village de Villereversure, je vois au loin une voiture dans le talus...personne autour, je me dis que c'est sûrement une personne qui a eu un accident dans la nuit et la voiture est restée là en attendant de venir la retirer. En réalité pas du tout, lorsque j'approche du lieu de l'accident, une jeune femme sort de la voiture, en pleure, énervé après elle, bref, j'ai vite compris qu'elle venait d'avoir l'accident ! Je m'arrête de suite, vais à sa rencontre prendre des nouvelles, d'apparence aucune séquelle, s'en est même impressionnant vue l'état de la voiture. Je ne peux pas lui proposer de l'emmener sur le vélo (rire) alors je lui demande si tout va bien et si elle veut que j'aille prévenir du monde au village, elle me répond que oui et que ça va. Je repars, lui souhaite bon courage et trouve 2 personnes d'une entreprise de BTP qui étaient visiblement en pause à l'ombre, je les informe et ils filent de ce pas à la rencontre de la jeune fille et moi je reprends ma route en espérant que tout se termine bien pour cette demoiselle !

Les km défilent, je connais plutôt bien ces passages et ces villages traversés, je me rapproche petit à petit du ravito jurassien !! :-)

C'est très plaisant car les routes sont peu fréquentées, le dénivelé jusqu'ici n'est pas très fort, j'ai juste quelques petits faux plats montants qui durent un peu mais qui vont vite lasser place à la descente pour rejoindre le village de mes parents.

J'arrive après environ 5h30 de route et 150km de fait, au point de ravito que je m'étais fixé où mes parents et ma sœur m'accueillent avec un festin de roi !! Au menu, du melon, des côtelettes de sanglier au barbecue, quelques légume, un peu de pomme de terre, bref je vous passe les détails, mais je me suis régalé et j'ai repris les forces qui allaient me permettre d'affronter cette 2ème partie un peu redoutée car, monter chez mes parents je l'avais déjà fait à 2 reprises, mais monter plus haut, pas encore !!

C'est tout l'objet du défi du jour justement, repoussé ses limites pour atteindre son but. Après une bonne heure de pause, je me change et repars boosté.

Sur la 2ème partie le rapport distance/dénivelé est plus important car il me reste 126km et 1200m de D+ environ, mais les sensations sont bonnes, musculairement tout va bien, les conditions sont bonnes alors en route et en plus je suis bien dans les temps que je m'étais fixé !

C'est reparti, un grand merci à mes parents pour cet accueil, je repars en direction de Lons-le-Saunier, puis direction Voiteur, la montée de Ménétru-le-Vignoble au milieu des vignes c'est super chouette, le bitume est lisse digne d'un bitume de tour de France, le soleil et la chaleur s'installe doucement !!!

Je traverse des villages que je connais bien, dont Poligny, la capitale du comté tout de même !!

Les sensations sont toujours bonnes, pas de lassitude, pas de douleur même aux fesses, j'alterne de temps en temps la selle et en danseuse, je me mets aussi sur le côté de la selle, tout les moyens sont bons pour retarder au maximum le mal du fessier !!!

Musculairement tout va bien, malgré les quelques petits raidillons traversés, j'approche de la barre fatidique toujours impressionnante à voir apparaître surtout quand c'est la première fois pour moi, la fameuse barre des 200km !!! Puis je sors du Jura, pour entrer dans le département voisins, le Doubs avant de faire mon stop goûter sur un site touristique, l'occasion de jeter un coup d'œil depuis la route, la fameuse Saline Royale d'Arc-et-Senans !

Petit focus historique sur ce monument :

L’HISTOIRE DE LA SALINE ROYALE

Classée Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1982, la Saline royale d’Arc et Senans est le chef-d’œuvre de Claude-Nicolas Ledoux (1736-1806), architecte visionnaire du siècle des Lumières. Elle constitue également un témoignage rare dans l’histoire de l’architecture industrielle.

Manufacture destinée à la production de sel, la Saline Royale a été créée de par la volonté de Louis XV et construite entre 1775 et 1779.

La Saline Royale fonctionnait comme une usine intégrée où vivait presque toute la communauté du travail. Construite en forme d’arc de cercle, elle abritait lieux d’habitation et de production, soit 11 bâtiments en tout : la Maison du Directeur, les Ecuries, les bâtiments des Sels Est et Ouest, les Commis Est et Ouest, les Berniers Est et Ouest, la Tonnellerie, le bâtiment des Gardes et la Maréchalerie.

Rendue obsolète par l’apparition de nouvelles technologies, la Saline Royale a fermé ses portes en 1895. Abandonnée, pillée, endommagée par un incendie en 1918, le Département du Doubs en a fait l’acquisition en 1927 la sauvant ainsi de la ruine. Trois campagnes de restauration successives achevées en 1996, lui redonnèrent son éclat.

Le parti architectural de la Saline royale, son histoire et sa réhabilitation en font un monument unique au monde qui s’ouvre aujourd’hui à tous les publics. Expositions, festival des jardins, concerts, résidences de chercheurs, animations pour les enfants, colloques, expériences innovantes ponctuent chaque saison culturelle.

C'est l'heure du goûter, km 210 tout va bien, je suis autour des 16h30, 8h de selle cumulé environ il est temps de refaire le plein des bidons et me prendre un perrier citron tranche s'il vous plaît, bien frais avec vue !!!!!!!! :-)

Photos du net et la vue depuis le bar où je me suis arrêté !
Photos du net et la vue depuis le bar où je me suis arrêté !
Photos du net et la vue depuis le bar où je me suis arrêté !

Photos du net et la vue depuis le bar où je me suis arrêté !

Je prends le temps aussi d'envoyer des petits messages qui rassurent et j'en profite aussi pour téléphoner à ma petite famille, car je sais qu'il est l'heure de la sortie d'école !!

J'arrive à avoir mes loulous et ma chérie, ça fait du bien puis je repars pour les derniers 66km, objectif aller chercher les 3h pour être autour des 11h de course ça serait top ! Je pense que c'est possible, mais le profile est montant tout le long et avec déjà plus de 200 bornes dans les pattes, un 22km/h de moyenne sur cette dernière partie m'ira bien !

 

Profil des 66 derniers km !

Profil des 66 derniers km !

Pas trop le temps de réfléchir, il faut pédaler encore et encore, le soleil commence à baisser en température, il fait bon, je passe dans pas mal de sous bois, c'est plutôt plaisant.

Les kilomètres défilent, je traversent des villages connus pour certains inconnus pour d'autres, je visite c'est le côté sympa aussi de cette virée.

Puis j'approche d'un village que je connais au moins de nom, celui de l'hôpital du gros bois, facile à retenir, c'est celui du beau-frère de mon bauf' c'est un signe que l'arrivée n'est plus très loin, une petite dizaine de km !

L'arrivée approche, je suis content, j'ai hâte malgré le fait que je sois bien physiquement, j'ai un peu les fesses talées !

Je traverse des villages bien connus, pour les faire habituellement en voiture lorsque nous montons ici, ça me fait drôle de me retrouver là avec mon vélo après bientôt 11h d'effort !!

Il me reste un dernier coup de cul à travers bois, puis j'entre dans le petit village de Belmont, passe devant la ferme, puis je vois mes neveux, nièce dehors, ma belle-soeur, je pousse un cri histoire qu'ils m'entendent...puis je les vois débarouler à ma rencontre en criant tonton, voilà tonton !!!!!

Un super moment, je stoppe le vélo, pose le pied à terre, un yes de soulagement et on se tape dans les mains avec mon petit neveu Kévin, puis je lève les bras en l'air signe de victoire, ma victoire, mon défi 2018 relevé !

Pour les chiffres, ça donne 276km, 2200m de D+ le tout en 11h05', 100% plaisir ! :-)

 

Mon arrivée, bras en V !!

Mon arrivée, bras en V !!

Le bilan est bon d'une part parce que j'ai vraiment pris plaisir à rouler, ce n'est pas mon sport favoris mais j'aime plutôt bien ce sport croisé et qui plus est porté puis d'autre part sans encombre mécanique ni physique, de telle sorte à profiter pleinement de cette virée en terre doubiste.

Maintenant place à mon premier gros objectif de l'année, à savoir l'UTTJ (Un Tour en Terre du Jura), 110km et 6400m de D+ sur 2j (66km et 4000m D+ le samedi puis 44km et 2400m D+ le dimanche), de quoi se mettre en jambe pour la finale de la coupe du monde !!! :-)

Au niveau des défis, je suis déjà en pleine réflexion sur celui de 2019, sachant qu'un défi réalisé en appelle un autre, il faut faire preuve d'imagination ! Celui de l'année prochaine, je peux déjà vous dire qu'il sera baskets aux pieds, sur 3j, à travers 3 départements dont un qui m'est cher et en 3 lettres ! Il me servira à ma prépa de la CCC, la fameuse que j'attends depuis plus de 2 ans (Courmayeur - Champex - Chamonix, un 101km et 6100m de D+ autour du Mont-Blanc).

Suivez le fil de l'actualité, les préparatifs vont bientôt commencer et il sera ouvert à tout le monde !!! :-)

Retour à l'accueil