Festival des Templiers - Marathon des Causses

Le marathon des Causses est considéré comme la petite sœur de la grande course des Templiers, lors de la semaine du festival qui se déroule sur le site de Millau !

Pour ma part c'est la 2ème fois que je me rends sur l'évènement avec comme première fois la mythique grande course des Templiers en 2014, qui restera une de mes plus belles courses de part la difficulté, l'ambiance et la beauté des paysages !

Les templiers ont toujours une saveur particulière, avec la musique d'Ameno d'Era au départ, ces magnifiques Causses, le viaduc de Millau en arrière plan et le rassemblement de bons nombres de coureurs qui viennent de toute la France voir de l'étranger pour se mesurer à l'une ou plusieurs des 11 courses proposées (+2 pour les enfants) avec très souvent un plateau d'élites important et de coureurs de très bon niveau !

Cette course, je l'ai noté pour plusieurs raisons, la première pour partager avec les potes et la 2ème m'en servir comme préparation à la SaintéLyon ! L'occasion aussi de voir ce que l'on vaut sur un tel évènement !

Ce n'était pas un objectif en soi, mais j'avais une envie de bien faire comme à chaque fois mais là encore plus ! :-)

Une idée du profil

Une idée du profil

Le marathon des Causses, c'est donc 36km et 1700m de D+, avec un profil qui correspond bien à ce que j'aime en général, des bonnes montées, de la relance et des belles descentes !

Sur le papier tout va bien et niveau prépa, je l'ai faite avec mon pote Greg, nous avons été sérieux, nous sommes donc confiant et remontés à bloc !

Pour des raisons d'organisation familiale, nous décidons de faire l'aller-retour sur la journée, peut-être pas la meilleure idée, mais vis-à-vis de nos familles, on ne veut pas trop s'absenter, alors on partira de bonne heure le samedi matin de St Genis-Laval à 3 du coup au lieu de 5 initialement.

On se retrouve avec Greg et Dav, 2 potes de la Team des Monts du Lyonnais, c'est moi qui emmène, on se partagera la route, mais je ferai la première partie avant le petit déj !

Départ à 5h30, on est excité comme des puces, l'ambiance est plutôt calme les 2 premières heures, mes passagers se reposent, finissent leur nuit, puis on fait la pause petit déj à 7h30 sur une aire d'autoroute où l'on déballe ce que nous avions préparé (petit déj salé) !

Après une bonne demie-heure de pause et le plein d'énergie, c'est Dav qui prend les commandes, l'excitation monte, on déconne, l'ambiance est bonne !! :-)

Photo avant le départ

Photo avant le départ

On arrive sur place vers 10h30, le temps de récupérer les dossards, faire le tour des stands du salon, petite collation, on s'habille, derniers réglages, puis on assiste à la présentation des élites de la grande course des Templiers !

On file ensuite s'échauffer sérieusement avec Greg, on repère les 2 premiers km du départ, sur route, ça va partir très fort, il va falloir faire attention de ne pas se griller ! On commence à se mettre dans notre bulle, puis l'heure du départ approche, 12h10' on file se mettre au devant des 1020 participants, on se faufile, on est tout devant au milieu des cadors !!!! On se souhaite une bonne course, puis quelques mots du speaker, la musique d'ERA retentit, ça fou toujours autant de frissons même si on n'est pas à 6h du mat' comme la grande course, mais ça reste mythique !!

Puis le décompte est donné, c'est parti, ça part fort comme prévu, on est sur route, Greg est juste devant moi nous sommes à un peu plus de 16km/h avant de bifurquer sur la droite dans un petit chemin faux plat montant, où l'allure se calme naturellement, j'ai toujours Greg en ligne de mire, il est avec une certaine Anne-Lise Rousset bien connu dans le monde du trail (qui terminera 1ère féminine et 6ème au scratch). Je suis plutôt bien placé la tête de course est 200m devant, aucune intention d'aller forcer plus, chacun sa place il faut être réaliste !!!!

Je gère cette partie de faux plat montant plutôt bien, je vois Greg jeter un coup d'œil, il m'aperçoit, il a l'air facile (il avait prévu de bien gazer aussi !!) !

Puis on passe sur un chemin plus étroit, un genre de single au 4ème km qui nous fera prendre 340m de D+ sur 2 bornes, une montée bien raide qui se marche majoritairement, j'essaye de relancer de temps en temps, mais je repasse assez vite en mode marche active. Certains coureurs me dépassent, ils montent plus fort, je reviens sur certains, bref la montée va se passer plutôt bien, pour arriver au-dessus et attaquer la première causse ! Je passe le check-point en 85ème position !

Je n'ai plus de Greg en vue depuis un moment, il a dû monter fort avec Anne-Lise !!!

Au-dessus, je relance, les jambes répondent mais sans plus...je ne m'affole pas, on est plusieurs coureurs, j'ai un petit groupe en ligne de mire sur lequel j'essaie de revenir, mais il se disloque, je remonterai un coureur mais pas plus.

La Causse va durer un peu plus de 8km avec quelques petits coups de culs, descentes légères, single en virages sur un terrain souple mais sur lequel il faut toujours faire preuve de vigilance car il y a pas mal de racines à éviter et le temps commence à se gâter !!

On attaque ensuite la première descente et quelle descente, ça glisse car il a plut en début de semaine et la descente est jonchée de racines, pierres rendues glissantes, single dans tous les sens, bref, il faut vraiment faire attention, on descend presque à pic par endroit, c'est très traumatisant pour les cuisses, car on n'arrive pas à descendre à son rythme on est sur la retenue !

J'arrive en bas après 2 bons km, c'est le ravito en eau, je passe tout droit un spectateur m'annonce 87ème (effectivement il ne s'est pas trompé de beaucoup car le check-point live trail annonce 86ème), je passe tout droit sur ce ravito, il me reste encore une flask complète et le prochain est dans 11km ça ira !

Par contre les premières mauvaises sensations arrivent...je sent que les mollets ont déjà bien chauffé alors qu'on a fait à peine 14km et qu'une montée sèche...ça ne me rassure pas bien !

Puis on se relance sur un faux plat où je sent que les jambes ne répondent plus, je marche, je cours bref...j'y sent mal pour la suite :-(

Des coureurs me dépassent, je me force, le temps se gâte, on a droit à de la bruine, ce n'est pas top dans ma tête non plus...il reste plus de 20 bornes ça risque d'être long !

Je passerai cette 2ème bosse dans le dur, les mollets et les cuisses proches des crampes, ça va durer un peu plus de 4km et pas loin de 400m de D+, encore une belle ascension avec des passages à plus de 18%, 40min sans plaisir !

J'arrive enfin au-dessus, la relance n'est pas top, mais je me force quand même car finalement je veux en finir au plus vite de ce calvaire. Dans la tête ce n'est pas top forcément, car ce n'est pas le scénario que j'avais prévu et les prévisions du départ vont être revues à la baisse malheureusement !

Puis en sous bois, qui j'aperçois au loin, un débardeur bleu, mon Greg qui est là, j'hallucine complètement, je suis ravi de le voir là, tel un sauveur mais en même temps dans ma tête je suis déçu pour lui car si il est là à m'attendre c'est qu'il s'est passé quelque chose devant ...

On repart ensemble, il m'explique qu'il a subit un gros coup de bambou digestif, il a été malade alors qu'il était dans le top 10 avec Anne-Lise, il est déçu plus que jamais car il avait des jambes de feu, mais le ventre en a décidé autrement !

Il a donc décidé de m'attendre pour qu'on finisse ensemble, j'apprécie énormément ce geste, un bel esprit à souligner dans ce sport individuel, finalement pas si individuel que ça, merci mon pote ;-)

Il est frais comme un gardon, il s'est refait la cerise, je lui explique que je n'ai pas de jus, pas d'envie de forcer, les jambes ne répondent plus et que c'est le calvaire total !! Alors il me motive, me dit qu'il va m'attendre et on passera l'arche ensemble, des mots qui font du bien !

Je me force donc à aller chercher loin au fond de moi, pour aller essayer de limiter la casse comme on dit et passer un bon moment sur cette 2ème moitié de course, meilleur en tout cas que si j'avais dû le faire seul !

On court ensemble, on remonte quelques coureurs, puis il part devant, je n'arrive pas à suivre, j'alterne marche et course, je me force puis on arrive comme ça péniblement au ravito du 25ème km, où je marque la pause pour me ravitailler correctement !

Après quelques minutes d'arrêt, on repart, j'ai quelques coups de mieux où je peux reprendre un peu de plaisir à courir, le temps est toujours maussade, on est trempé mais les km défilent quand même !

On est en sous bois, sur des portions de chemins assez roulantes, puis légère descente, Greg ralentit l'allure pour m'attendre, puis on repart en légère montée sur 1km où je m'accroche, Greg m'encourage, c'est dur, je lui dit et lui répète que je n'ai pas de jus, quelques coureurs nous dépassent, puis on arrive progressivement au dernier ravito, au km 29, la ferme du Cade, il y a une bonne ambiance en sous bois, beaucoup de monde pour nous encourager, j'avoue ça fait du bien !

On fera un passage éclaire, je choppe de la banane au passage puis repars aussitôt, Greg m'attend dehors, une pluie fine s'abat sur nous pour couronner le tout !!

On passe au check-point en 134ème position, j'ai perdu 48 places...je m'en doutais, c'était sûr, c'est encore plus démoralisant de voir tous ces coureurs te doubler et que tu ne peux rien faire !

On ressort du Cade, Greg me boost, il reste moins de 10km, il relance la machine, j'essaye d'accrocher, on est sur une petite portion de plat avant d'attaquer une longue descente d'un peu plus de 2km.

La première partie ça va, mais alors la 2ème moitié est juste terrible, ça glisse, on s'accroche aux branches, on manque de tomber à chaque pas, les pierres glissent aussi, je dépasse 2-3 coureurs pas très confiants, Greg dévale devant et m'attend un peu plus bas. Puis c'est comme ça jusqu'en bas, il y a quand quelques portions où l'on peut courir un peu plus en sécurité, mais dans l'ensemble nous sommes beaucoup sur la retenue et c'est frustrant, mais prudence avant tout ! Beaucoup de coureurs pestent, ça glisse dans tous les sens, mais on arrive enfin au bout de ce calvaire, pour se relancer dans une bosse d'un km et 140m de D+...que c'est dur, Greg s'est bien refait la cerise et a de bonnes sensations. Pour ma part, les mollets se durcissent, les adducteurs se crampent bref, le mental joue pour beaucoup !

Il s'en suit une légère descente, où l'on croise des organisateurs, Greg m'attend, ils nous indiquent qu'il reste une grosse bosse, du plat et la dernière descente vers l'arrivée ...

Ok, après cette légère descente où je peux courir pour limiter la casse comme on dit, je me remet à marcher dans la bosse sur un petit single qui part en montée, j'essaie de courir mais franchement c'est dur, je remarche, Greg est devant, il m'encourage au loin, je me dois de me forcer pour lui aussi !

Je pense aussi aux personnes qui suivent de près comme de loin ce calvaire, ils attendent derrière le live de voir écrit "finisher", alors je m'accroche, je sais que j'entame la dernière difficulté !

Plus on avance, plus la pente s'accentue, jusqu'à mettre les mains, Greg est derrière moi, il me pousse, puis on passe par un passage presque à la verticale, ça dure 400m de long et tu prends 120m de D+...je vous laisse faire les calculs, on est sur des passages à plus de 30% voir 45%, c'est dur Greg est là pour m'encourager à bloc, il est derrière à me pousser au cul pour que j'avance, on est à la verticale quasiment, je mets les mains devant, malgré tout on monte bien, on dépasse même un coureur qui n'en peut plus, je m'en rappellerai de ce fameux Pouncho d'Agast comme ils l'appellent. On avait déjà eu droit au même calvaire sur le Grand trail des Templiers, je vous assure c'est terrible en fin de course !

On arrive enfin au-dessus, la vue sur le viaduc de Millau au loin est sympa, j'y prête une petite attention, même si dans ma tête, je me dis vivement que ça se termine cette histoire !!

On se retrouve sur un petit single en bord de falaise, c'est super sympa, j'essaye de courir un maximum, Greg mène l'allure devant, puis place à la dernière descente d'un peu plus d'1,5km, qui passe plutôt bien, Greg ralentit pour qu'on arrive ensemble, on passe le panneau "arrivée 1km" ... ouf on y est, je cours toujours, je reste vigilant sur les cailloux, puis plus on approche plus il y a du monde, les spectateurs sont là pour nous encourager, c'est sympa !

On entame la dernière ligne droite, pas tout à fait droite, il reste 200m, sur l'herbe, avant de franchir encore quelques marches, taper dans les mains des enfants au bord du parcours et passer l'arche ensemble avec Greg, un moment que je garderai en mémoire, je le remercie encore de m'avoir accompagné sur cette 2ème moitié de course, car sinon l'arche aurait été encore bien plus dure à franchir !

J'arrête le chrono, en 4h54'...on jette un coup d'œil au classement, nous sommes 147ème (Greg) et 148ème pour moi, on pourrait presque se dire pas si mal sur 840 finishers et vu le déroulement de la course mais bon ce n'est pas ce que j'avais prévu et Greg encore moins ! Tout est relatif comme on dit et relativisons en se disant qu'il en reste plus de 700 derrière nous, mais on c'est plus fort que nous on regarde plutôt les plus de 140 devant ... c'est comme ça aussi qu'on progresse, qu'on avance et c'est notre tempérament ! Il y a quelques années j'aurais bien aimé faire ce résultat, mais là au-delà du résultat ce sont les sensations qui furent très mauvaises !

La première bosse
La première bosse

La première bosse

Je n'ai plus de Greg en vue depuis un moment, il a dû monter fort avec Anne-Lise !!!

Au-dessus, je relance, les jambes répondent mais sans plus...je ne m'affole pas, on est plusieurs coureurs, j'ai un petit groupe en ligne de mire sur lequel j'essaie de revenir, mais il se disloque, je remonterai un coureur mais pas plus.

La Causse va durer un peu plus de 8km avec quelques petits coups de culs, descentes légères, single en virages sur un terrain souple mais sur lequel il faut toujours faire preuve de vigilance car il y a pas mal de racines à éviter et le temps commence à se gâter !!

On attaque ensuite la première descente et quelle descente, ça glisse car il a plut en début de semaine et la descente est jonchée de racines, pierres rendues glissantes, single dans tous les sens, bref, il faut vraiment faire attention, on descend presque à pic par endroit, c'est très traumatisant pour les cuisses, car on n'arrive pas à descendre à son rythme on est sur la retenue !

J'arrive en bas après 2 bons km, c'est le ravito en eau, je passe tout droit un spectateur m'annonce 87ème (effectivement il ne s'est pas trompé de beaucoup car le check-point live trail annonce 86ème), je passe tout droit sur ce ravito, il me reste encore une flask complète et le prochain est dans 11km ça ira !

Par contre les premières mauvaises sensations arrivent...je sent que les mollets ont déjà bien chauffé alors qu'on a fait à peine 14km et qu'une montée sèche...ça ne me rassure pas bien !

Puis on se relance sur un faux plat où je sent que les jambes ne répondent plus, je marche, je cours bref...j'y sent mal pour la suite :-(

Des coureurs me dépassent, je me force, le temps se gâte, on a droit à de la bruine, ce n'est pas top dans ma tête non plus...il reste plus de 20 bornes ça risque d'être long !

Je passerai cette 2ème bosse dans le dur, les mollets et les cuisses proches des crampes, ça va durer un peu plus de 4km et pas loin de 400m de D+, encore une belle ascension avec des passages à plus de 18%, 40min sans plaisir !

J'arrive enfin au-dessus, la relance n'est pas top, mais je me force quand même car finalement je veux en finir au plus vite de ce calvaire. Dans la tête ce n'est pas top forcément, car ce n'est pas le scénario que j'avais prévu et les prévisions du départ vont être revues à la baisse malheureusement !

Puis en sous bois, qui j'aperçois au loin, un débardeur bleu, mon Greg qui est là, j'hallucine complètement, je suis ravi de le voir là, tel un sauveur mais en même temps dans ma tête je suis déçu pour lui car si il est là à m'attendre c'est qu'il s'est passé quelque chose devant ...

On repart ensemble, il m'explique qu'il a subit un gros coup de bambou digestif, il a été malade alors qu'il était dans le top 10 avec Anne-Lise, il est déçu plus que jamais car il avait des jambes de feu, mais le ventre en a décidé autrement !

Il a donc décidé de m'attendre pour qu'on finisse ensemble, j'apprécie énormément ce geste, un bel esprit à souligner dans ce sport individuel, finalement pas si individuel que ça, merci mon pote ;-)

Il est frais comme un gardon, il s'est refait la cerise, je lui explique que je n'ai pas de jus, pas d'envie de forcer, les jambes ne répondent plus et que c'est le calvaire total !! Alors il me motive, me dit qu'il va m'attendre et on passera l'arche ensemble, des mots qui font du bien !

Je me force donc à aller chercher loin au fond de moi, pour aller essayer de limiter la casse comme on dit et passer un bon moment sur cette 2ème moitié de course, meilleur en tout cas que si j'avais dû le faire seul !

On court ensemble, on remonte quelques coureurs, puis il part devant, je n'arrive pas à suivre, j'alterne marche et course, je me force puis on arrive comme ça péniblement au ravito du 25ème km, où je marque la pause pour me ravitailler correctement !

Après quelques minutes d'arrêt, on repart, j'ai quelques coups de mieux où je peux reprendre un peu de plaisir à courir, le temps est toujours maussade, on est trempé mais les km défilent quand même !

On est en sous bois, sur des portions de chemins assez roulantes, puis légère descente, Greg ralentit l'allure pour m'attendre, puis on repart en légère montée sur 1km où je m'accroche, Greg m'encourage, c'est dur, je lui dit et lui répète que je n'ai pas de jus, quelques coureurs nous dépassent, puis on arrive progressivement au dernier ravito, au km 29, la ferme du Cade, il y a une bonne ambiance en sous bois, beaucoup de monde pour nous encourager, j'avoue ça fait du bien !

On fera un passage éclaire, je choppe de la banane au passage puis repars aussitôt, Greg m'attend dehors, une pluie fine s'abat sur nous pour couronner le tout !!

On passe au check-point en 134ème position, j'ai perdu 48 places...je m'en doutais, c'était sûr, c'est encore plus démoralisant de voir tous ces coureurs te doubler et que tu ne peux rien faire !

On ressort du Cade, Greg me boost, il reste moins de 10km, il relance la machine, j'essaye d'accrocher, on est sur une petite portion de plat avant d'attaquer une longue descente d'un peu plus de 2km.

La première partie ça va, mais alors la 2ème moitié est juste terrible, ça glisse, on s'accroche aux branches, on manque de tomber à chaque pas, les pierres glissent aussi, je dépasse 2-3 coureurs pas très confiants, Greg dévale devant et m'attend un peu plus bas. Puis c'est comme ça jusqu'en bas, il y a quand quelques portions où l'on peut courir un peu plus en sécurité, mais dans l'ensemble nous sommes beaucoup sur la retenue et c'est frustrant, mais prudence avant tout ! Beaucoup de coureurs pestent, ça glisse dans tous les sens, mais on arrive enfin au bout de ce calvaire, pour se relancer dans une bosse d'un km et 140m de D+...que c'est dur, Greg s'est bien refait la cerise et a de bonnes sensations. Pour ma part, les mollets se durcissent, les adducteurs se crampent bref, le mental joue pour beaucoup !

Il s'en suit une légère descente, où l'on croise des organisateurs, Greg m'attend, ils nous indiquent qu'il reste une grosse bosse, du plat et la dernière descente vers l'arrivée ...

Ok, après cette légère descente où je peux courir pour limiter la casse comme on dit, je me remet à marcher dans la bosse sur un petit single qui part en montée, j'essaie de courir mais franchement c'est dur, je remarche, Greg est devant, il m'encourage au loin, je me dois de me forcer pour lui aussi !

Je pense aussi aux personnes qui suivent de près comme de loin ce calvaire, ils attendent derrière le live de voir écrit "finisher", alors je m'accroche, je sais que j'entame la dernière difficulté !

Plus on avance, plus la pente s'accentue, jusqu'à mettre les mains, Greg est derrière moi, il me pousse, puis on passe par un passage presque à la verticale, ça dure 400m de long et tu prends 120m de D+...je vous laisse faire les calculs, on est sur des passages à plus de 30% voir 45%, c'est dur Greg est là pour m'encourager à bloc, il est derrière à me pousser au cul pour que j'avance, on est à la verticale quasiment, je mets les mains devant, malgré tout on monte bien, on dépasse même un coureur qui n'en peut plus, je m'en rappellerai de ce fameux Pouncho d'Agast comme ils l'appellent. On avait déjà eu droit au même calvaire sur le Grand trail des Templiers, je vous assure c'est terrible en fin de course !

On arrive enfin au-dessus, la vue sur le viaduc de Millau au loin est sympa, j'y prête une petite attention, même si dans ma tête, je me dis vivement que ça se termine cette histoire !!

On se retrouve sur un petit single en bord de falaise, c'est super sympa, j'essaye de courir un maximum, Greg mène l'allure devant, puis place à la dernière descente d'un peu plus d'1,5km, qui passe plutôt bien, Greg ralentit pour qu'on arrive ensemble, on passe le panneau "arrivée 1km" ... ouf on y est, je cours toujours, je reste vigilant sur les cailloux, puis plus on approche plus il y a du monde, les spectateurs sont là pour nous encourager, c'est sympa !

On entame la dernière ligne droite, pas tout à fait droite, il reste 200m, sur l'herbe, avant de franchir encore quelques marches, taper dans les mains des enfants au bord du parcours et passer l'arche ensemble avec Greg, un moment que je garderai en mémoire, je le remercie encore de m'avoir accompagné sur cette 2ème moitié de course, car sinon l'arche aurait été encore bien plus dure à franchir !

J'arrête le chrono, en 4h54'...on jette un coup d'œil au classement, nous sommes 147ème (Greg) et 148ème pour moi, on pourrait presque se dire pas si mal sur 840 finishers et vu le déroulement de la course mais bon ce n'est pas ce que j'avais prévu et Greg encore moins ! Tout est relatif comme on dit et relativisons en se disant qu'il en reste plus de 700 derrière nous, mais on c'est plus fort que nous on regarde plutôt les plus de 140 devant ... c'est comme ça aussi qu'on progresse, qu'on avance et c'est notre tempérament ! Il y a quelques années j'aurais bien aimé faire ce résultat, mais là au-delà du résultat ce sont les sensations qui furent très mauvaises !

L'arrivée et le passage à 2 sous la fameuse arche !!

L'arrivée et le passage à 2 sous la fameuse arche !!

On file récupérer nos cadeaux, ils ont été très généreux avec nous l'organisation, on repart avec un maillot, un buff & un calendrier pour l'inscription avec sac à chaussures, une médaille et une veste sans manche de finisher, et un ravito au top du top à l'arrivée !

On file se ravitailler au chaud et échanger un peu avec quelques connaissances retrouvées sur place. Dav arrivera quelques dizaines de minutes derrière

Ce fût une course épique vraiment, ça faisait bien longtemps que je n'avais pas galéré comme ça, pour dire, l'abandon m'a traversé l'esprit avant de retrouver Greg à mi parcours, mais je me suis dit non, c'est niet tu mets une croix sur ta perf, mais tu n'es pas blessé alors si ce n'est pas les jambes aujourd'hui ça sera qu'avec la tête que tu las franchiras cette arche, on a quand même pas fait le voyage pour rien et c'est bien trop facile, ça ne me ressemble pas et j'ai bien fait !

Quand on y regarde d'un peu plus près, la vitesse a effectivement chuté depuis le 12ème km... mon top 50 du départ n'était pas si ambitieux car avec des jambes (avec des si ok on refait le monde !!!), le top 50 d'après les résultats, est à 30' devant. Je pense que ça aurait pu être jouable, mais c'est la loi du sport et de la compétition !

Anne-Lise Rousset de son côté fini 6ème, Greg était presque sûr d'aller chercher son top 10, il se rattrapera car il le mérite le costaud ! 

Je l'explique par un gros mois d'octobre avec ma 4ème compétition dont 2 où j'ai vraiment donné à fond, j'y ai laissé des plumes je pense, je suis arrivé avec un manque de fraîcheur notable, ça servira de leçon, c'est comme ça qu'on apprend, ce n'est que du sport, il faut juste en tirer les bonnes conclusions pour ne pas reproduire l'erreur.

J'ai donc pris la sage décision de couper une semaine sans RIEN faire, oui oui, car depuis janvier j'ai enchaîné les km, alors il faut respecter son corps quand il t'envoie des signaux et j'en profite aussi pour me régénérer à fond, faire le plein d'énergie, de calories car j'étais arrivé un peu trop sec aussi je pense, ça apprend une fois de plus à se connaître !

Je reprendrai lundi pour une prépa sérieuse d'un bon mois, pour essayer de finir correctement cette année avec une 5ème participation sur la grande dame : la SaintéLyon !!

Je tenais une fois de plus à remercier Greg, pour son bel état d'esprit car même avec son coup de bambou il aurait pu repartir après s'être retapé, mais il a fait le choix de m'attendre et de m'encourager tout le long, c'était top mon pote !! Merci aussi à tous les bénévoles ainsi qu'aux personnes famille, amis, copains qui m'ont adressé des encouragements avant, pendant et après la course !

 Prochain rendez-vous le 2 décembre ;-)

La médaille du finisher

La médaille du finisher

Courbe de la vitesse qui chute

Courbe de la vitesse qui chute

Retour à l'accueil