L'UTTJ : Un Tour en Terre du Jura - Intégrale solo

Publié le par Greg Chamberland

L'affiche 2017 et la photo d'avant course
L'affiche 2017 et la photo d'avant course

L'affiche 2017 et la photo d'avant course

L'UTTJ, l'objectif de mi saison, une première pour moi avec autant de km et de dénivelé positif en 2j ! Une course organisée en partie par un pote jurassien, Lolo qui m'en parlait depuis quelques années, ce fût donc avec plaisir que j'accepta de m'inscrire en début d'année.

Une course à étapes, répartie comme suit :

- 67km et 3700m de D+

- 44km et 2400m de D+

J'étais plutôt rassuré avant d'y aller car le principe d'étapes j'avais pu en faire l'expérience grâce à mon défi. Le corps est une belle machine qui si on le respecte peut enchaîner les compétitions.

C'est donc le train que j'ai choisi pour me rendre le vendredi en fin d'après-midi à St Claude, pour laisser la voiture à ma chérie qui me rejoindra le dimanche avec les enfants.

Je me pose donc dans le train jusqu'à Bourg-en-Bresse, puis la suite se fait en autocar pour arriver le vendredi en toute fin d'après-midi. Je retrouve Lolo sur le village de la course au centre de St Claude, je croise quelques connaissances, je récupère mon dossard ! Le cadeau souvenir est plutôt original, un joli opinel gravé UTTJ, une bière et un saucisson, ça change des manchons, tee-shirt ou chaussettes !!

Puis place à la pasta party, un moment très sympa en petit comité car la majorité des coureurs arriveront le lendemain. Le vendredi était réservé aux participant(e)s du KV.

La pasta terminée, on file prendre possession des lieux chez Laurent et Laetitia qui m'hébergent gentiment à quelques km du départ dans leur maison (merci les copains) !! C'est confortable d'avoir un toit et un bon lit pendant que certain(e)s sont en mode bivouac dans la salle des sports !! :-)

Je prépare mes affaires pour le lendemain, puis place au dodo. Courte nuit, je me réveille même avant le réveil, je file à la douche et place au petit dej salé !

On quitte la maison vers 5h, le départ est à 6h, on arrive sur place, un petit déj plutôt sucré cette fois-ci nous attend, l'occasion de continuer à faire le plein d'énergie pour affronter cette première grosse journée. Je croise pas mal de connaissances qui seront là aussi pour la partie solo ou relais, l'ambiance est très conviviale, ça fait plaisir !

Souvenir de l'UTTJ 2017

Souvenir de l'UTTJ 2017

1er jour : étape 1 Inch Chalam 67km et 3700m de D+

Puis vient l'heure du briefing, le départ sera donné sur la place de St Claude à 6h pétante !

Le décompte est lancé, on se souhaite bonne course, pas de stress, la route est longue. Je me place tout de même pas loin de la première ligne car je veux éviter les éventuelles bouchons lorsque nous serons sur les chemins. Finalement le peloton s'étire bien car nous partons sur une portion de route en légère montée, je ne m'emballe pas volontairement, j'ai prévu 10h environ pour boucler cette 1ère étape tout en sachant qu'il faudra gérer pour le lendemain !

Je ne suis pas très loin d'une tête connu du trail Luca Papi qui vient de gagner la Montagn'hard, j'arrive à sa hauteur sur les premiers chemins, on fait un bout ensemble, puis je pars devant sans vraiment le vouloir, j'ai un ou 2 coureurs en vue devant moi que je souhaiterais suivre.

Les km défilent en sous bois, sur un profil plutôt montant, j'alterne marche et course, on prend un peu plus de 300m de D+ sur les 3,5 premiers km. Il s'en suit une descente, il faut faire attention où on met les pieds, léger plat on croise des organisateurs qui nous encouragent, puis de nouveau une descente avant de se lancer dans 4km de montée et un peu plus de 500m de D+. Je passe en mode marche active grâce à mes bâtons, je me sent bien, je pense hydratation et énergie Torq pour gérer mon effort, tout va bien, je ne sais pas comment je me situe mais qu'importe il y a du monde derrière en tout cas et le but de la journée était d'aller chercher un top 30. La montée se fait dans les bois avec des passages à plus de 20%, le tracé est superbe, on est un petit groupe en fil indienne, on se relaye de temps en temps, on monte à bonne allure en faisant attention au balisage ! On arrive au-dessus, on est sur du plat, faux plat, on peut reprendre le trot, ça fait du bien aux jambes, on a déjà fait 10km et 1000m de D+ depuis le départ, je suis dans mes temps fixé, soit 1h25'. Place à une légère descente avant un coup de cul, où j'entend d'en haut les encouragements d'un organisateur, ça motive. J'ai un coureur devant moi, on grimpe ensemble et arrivé au-dessus la personne qui nous encourageait nous annonce 18 et 19ème ... j'avoue que dans ma tête je ne pensais pas être à cette place, ce fût une belle surprise. Pas d'affolement la route est longue encore, mais ça motive d'autant plus qu'il nous indique qu'il y a un gros écart derrière.

J'arrive donc serein au 1er ravito du 14ème km à Septmoncel, je retrouve Lolo et un autre copain Fabrice qui sont là ! Je prends quelques minutes pour faire le plein et me ravitailler, puis repars derrière le 18ème, personne n'est arrivé dans l'entre fait, je repars donc seul.

 

Première grimpette et l'arrivée au premier ravito
Première grimpette et l'arrivée au premier ravito

Première grimpette et l'arrivée au premier ravito

Le tournant de la course :

Je repars du ravito, je prends un chemin sur la droite, puis m'enfile tout droit en descente...jusqu'à me rendre compte que j'avançais mais ne voyais plus de rubalise...là je commence à m'inquiéter. Je prends le téléphone, pour joindre Laurent, sans réponses, je continue à avancer en me disant si jamais c'est le bon chemin il ne faut quand même pas perdre trop de temps, puis rien au sol ni dans les branches...

Je marque un vrai stop, appelles l'assistance de course, qui m'indique que je me suis bien planté au-dessus quand j'ai fait le droite dans le chemin il fallait tout de suite prendre à gauche (je l'ai vu cette barrière mais fermée, il fallait en fait la contourner) et au sol rien ne m'était indiqué qu'il ne fallait pas aller tout droit !!! Je suis déçu, je peste, Sam de l'assistance me confirme qu'il faut tout remonter pour chopper le chemin au niveau de la barrière...

Je me tape donc 3km en plus, 300m de d+ et plus de 20' de perdu sur le chrono...pfff je gamberge dans ma tête, j'imagine tous les coureurs qui sont passés pendant ce temps là. J'arrive enfin au-dessus, un membre de l'organisation désolé de me voir arriver et de m'être trompé barricade le chemin pour éviter d'autres erreurs !

Bref, maintenant il va falloir remonter un max de coureurs pour limiter la casse, sans non plus aller se griller les guiboles pour le lendemain !!! 

Je m'y atèle donc, je récupère le bon chemin, on est tout de suite plus nombreux évidemment, je n'ai aucune info sur le nouveau classement, mais tant pis je verrai à l'arrivée, je vais faire de mon mieux.

C'est parti, on continue sur un chemin en descente assez technique, je remonte des coureurs, je les compte au fur et à mesure, puis léger coup de cul puis de nouveau une descente où j'accélère un peu le pas à travers champ, je remonte quelques coureurs.

Place à une nouvelle grimpette de 2km et 200m de D+, je sors les bâtons, je remonte du monde, échange un peu avec les coureurs, je me dis qu'il va falloir bien gérer, limiter la casse et tout donner demain, c'est peu être un mal pour un bien...on se console comme on peut !!

Puis après de nouveau une longue descente, place à la grosse difficulté de la journée, j'arrive au 23ème km (normalement ça devait être le 20ème) et là une montée de 2km et 700m de d+ pour rejoindre le belvédère de la Roche Blanche. La vue est magnifique paraît-il, mais je ne prends pas le temps d'observer. Je retrouve Lolo, Cath et un autre pote je leur explique ma péripétie, je fais vite le plein d'eau et repars, pas de temps à perdre ! Cette montée est bien passée malgré sa difficulté, j'ai remonté une dizaine de coureurs, on s'est retrouvé sur des longs chemins en sous bois, sous les pins c'était superbe, la fin était un peu plus raide, mais j'ai adoré ce passage.

Photo prise sur internet et ravito en eau au belvédère
Photo prise sur internet et ravito en eau au belvédère

Photo prise sur internet et ravito en eau au belvédère

Pour la suite le relief est un peu en dents de scie avec une alternance de faux plats, de coup de cul et de petites descentes bien techniques où la vigilance est de rigueur car le moindre faux pas peut-être fatal pour les chevilles !

Alors, je dois grappiller des places, mais attention de ne pas se blesser. J'avance sur un bon rythme, je continue à remonter du monde, on court majoritairement sur du chemin, jusqu'à retrouver une petite portion de route quelques km avant le ravito des Moussières, km 31 à ma montre.

Aucune idée sur le classement, qu'importe maintenant, la chaleur commence à se faire sentir un peu, 4h45' de course, bien en retard sur mon timing. Je prends le temps de me ravitailler quand même, refaire les pleins et profiter de l'ambiance du ravito. Le speaker Trooper, un bon gars s'est déguisé avec une combinaison de ski moulante sous la musique des bronzés et fait l'animation, on immortalise l'instant à la sortie du ravito, car il faut bien déconner quand même. Le top de cette course c'est vraiment ça : des paysages à couper le souffle et des organisateurs au top !

Je repars boosté, dré dans le pentu, on part sous le téléski des Moussières, une ascension de 130m de D+ sur moins de 1km avec une pente très sévère sur la fin. En montant, je remonte un coureur pas bien, je lui demande si ça va, il me fait savoir que rien de va aujourd'hui...je lui souhaite quand même bon courage (je le reverrai à l'arrivée, il a abandonné, ce n'était pas son jour). Je suis avec les bâtons, tout va bien, je continue à bien respecter mon hydratation, l'alimentation au ravito et mes gels Torq pour éviter les coups de fatigue. Tout ça passe plutôt bien, me permets de garder un rythme correct et d'alterner course et marche active dans les bosses.

Les bosses, j'ai l'impression qu'il y a que ça ici, j'en profite aussi pour me rafraîchir dans une rivière à côté du sentier, quel bien fou !!! La suite jusqu'au km 41 est une alternance de chemins technique, de passage à travers des champs à vache où il faut faire attention aussi où tu mets les pieds car le sol est instable, puis on approche du fameux point culminant de la course, le Crêt de Chalam. Je retrouve un copain Fabrice qui nous bip au passage, qui m'encourage (merci), je passe tour droit devant le ravito car on va faire une boucle, pour monter au crêt puis repasser devant le ravito dans 5km ! Alors en route, je court avant de passer en mode marche jusqu'au sommet, la fin est très très pentue avec des marches constituées de rochers très hautes, les bâtons sont d'une grande utilité pour soulager les cuisses, mais le décors est splendide. Je lève les yeux et je vois le point où l'on doit arriver, c'est haut, très haut même, des personnes nous encouragent, on arrive enfin au sommet, on nous appelle par notre prénom car il est inscrit sur le dossard, c'est top, l'ambiance est bonne là haut. Je prends quand même quelques secondes pour sortir mon téléphone, faire une photo et téléphoner à ma chérie pendant la descente pour l'informer de mon évolution car je n'avais pas pu donner de nouvelle depuis le départ et aucun suivi live ! Ces quelques 2-3 min sont précieuses pour la famille qui attend, alors je le fais et rassure ma chérie qui se chargera de transmettre le message. Je ne m'éternise pas car je descends en même temps et les marches formées par des rondins de bois sont assez hautes et c'est escarpé ! Je croise pas mal de familles qui montent avec leurs enfants, ils m'encouragent, moi aussi du coup !!! :-)

Puis la descente se poursuit, j'arrive à bien courir, pas de fatigue particulière, je suis content. Je ne souffre pas trop de la chaleur non plus car on a pas mal de portions en sous bois. J'approche donc du ravito, je croise un monsieur qui arrive lui dans l'autre sens, que j'avais doublé au début après mon erreur de parcours à qui j'avais raconté mon aventure, il est de l'autre côté du ravito, il est donc 5km derrière moi et va se diriger vers le Crêt Chalam. Un signe que ma progression est bonne, il faut continuer à gérer ainsi en remontant un maximum de coureurs sans se griller, demain sera ma revanche !

 

Trooper déguisé et vue du Crêt Chalam
Trooper déguisé et vue du Crêt Chalam

Trooper déguisé et vue du Crêt Chalam

Je repars boosté, il reste 25km, j'en suis à un peu moins de 7h de course, je vois bien que mes 10h du départ vont être difficile à aller chercher ...

La suite se fait majoritairement en descente, relativement technique, je ne gagne pas beaucoup de temps car je fais preuve de prudence et essaye de ne pas trop entamer les cuisses pour le lendemain. Ce n'est pas évident ces courses à étapes à se dire il faut en garder demain alors que tu as envie de courir plus vite...alors j'essaye de trouver la bonne jauge. Je continue à remonter quelques coureurs, un peu moins, ça s'est bien étalé quand même.

On croise des organisateurs qui nous encouragent, les sentiers sont par moment très étroits et très pentus. J'arrive enfin en bas de ce mur de dénivelé négatif (j'avais presque hâte de retrouver une montée pour reposer les cuisses !!! :-))

La montée, la voici, une belle grimpette au niveau de la Pesse sur un chemin forestier, qui se termine en sous bois d'un peu moins de 4km et 340m de D+. Je repasse en mode marche, je suis tout seul, je croise des organisateurs qui m'encouragent et m'indiquent la route, tout va bien !

J'arrive au-dessus en un peu plus de 40 min, j'en suis à 9h de course, pas de fatigue particulière mais les descentes commencent à se faire ressentir dans les quadriceps. La descente qui suit sera donc terrible, de part sa pente négative et quelques passages techniques (racines, cailloux, crevasses), je fais preuve de vigilance, c'est frustrant, j'aimerais descente plus vite, mais ça m'est difficile d'allonger, je ne veux pas prendre trop de risque et ça commence à être un peu raide niveau musculaire alors il faut gérer.

J'arrive au ravito, le dernier de la journée, en même temps qu'un relayeur, un belge bien sympa, on nous accueille par nos prénoms et notre provenance, l'ambiance est super bonne. Je refais les pleins, m'alimente et repars assez rapidement car il reste 10km.

La suite se fait sur du plat, légère descente puis une nouvelle grimpette avant de redescendre sur St Claude par une partie goudronnée (une des rares de la journée). Et la surprise du chef, c'est qu'une fois tout en bas de St Claude, il faut remonter par une petite pente courte mais bien pentue pour rejoindre l'arrivée, histoire de nous peaufiner les guiboles !! J'arrive enfin sur la charrue décorée qui sert d'arche d'arrivée et bip en 10h39' cette première journée avec finalement 70km et un peu plus de 4000m de dénivelé positif à la....41ème place !!

Forcément un peu déçu, j'ai remonté une trentaine de coureurs (solo et relais confondus), j'ai géré mon effort et ma revanche sera pour demain ! Il y aura eu malgré tout aujourd'hui une petite vingtaine d'abandons...nous étions 167 au départ pour la solo.

Place au ravito d'arrivée, aux impressions, à la piscine d'eau froide pour se rafraîchir les jambes, je m'accorde même une séance de cryothérapie grâce à une connaissance qui est là avec son camion de cryo et enfin pour finir une bonne douche suivi d'un massage par un des kinés présents sur place. Le top, me voilà requinqué on va dire, place au repas du soir, petite binouse avec les copains, on refait la journée, on prend des nouvelles de chacun.

Puis on ne traîne pas trop, pour remonter à la maison chez Lolo, préparer le sac et se faire une bonne nuit, car demain il y a encore du pain sur la planche comme on dit !

L'arrivée de la 1ère étape

L'arrivée de la 1ère étape

2ème jour : étape 2 entre Bienne et Lizon

Dimanche matin, le réveil sonne 1h plus tard car le départ est donné pour 7h.

Après une bonne nuit, idem que la veille direction la douche, la tenue, le petit dej salé et en route pour St Claude ! On échange pas mal sur le parcours avec Laurent car c'est sur ses traces et c'est lui qui a fait le tracé alors rien de mieux pour prendre des conseils de gestion de course.

On arrive sur place, il y a pas mal de monde en plus car il y a le solo 44km. Je me place pas trop loin de la ligne de départ car il paraît que la première bosse fait 1,5km on prend 500m de D+ et on se retrouve sur un petit single en fil indienne, alors si je veux envoyer un peu aujourd'hui, en mode remontada, il ne va pas falloir tomber dans les embouteillages du départ !

Le départ est donc donné, on part sur route, je décide de suivre un copain Laurent De Pasqualin pour ne pas le citer, qui fait 8ème sur l'étape d'hier, je veux l'avoir en vue aujourd'hui ça sera mon repère car je pense qu'il ira chercher un top 10 ou 15. Je le félicite au passage avant le départ ! Hier j'aurais aimé le suivre, mais je l'ai eu en vue sur les premiers km avant qu'il s'envole et que je me rajoute des km !

Alors aujourd'hui j'ai envie de bien faire, en plus ma famille me rejoint au km 28 et 32 alors je vous assure que ça boost !

Les 2 premiers km se font dans St Claude sur route en légère descente puis légère montée histoire d'étirer le peloton et de dégourdir les jambes de la veille !! Je trouve que ça marche plutôt bien, les sensations sont bonnes, je sent les quadriceps ont bien donné hier, mais ça va, je vais gérer comme hier niveau hydratation et gels, faire attention au balisage et ça va le faire.

On attaque effectivement dré dans le pentu sur un petit sentier, c'est bien ça, mon objectif est devant à quelques mètres, on monte en fil indienne, j'arrive même à remonter une ou deux personnes. Je suis juste derrière Laurent et son collègue. On monte sur un bon rythme, on est constant, il y a quelques passages techniques pour enjamber quelques rochers, on prend vite de la hauteur et on arrive au sommet du Chabot au bout d'1,8km et on a pris un peu plus de 400m de D+. Dans la montée je me suis même surpris à dépasser Laurent et son collègue, j'essayais de trottiner dès que je pouvais sur les petites portions plates avant de le voir arriver derrière moi dans la descente qui suit. On discute avec son collègue qui apparemment a fait la diagonale des fous et nous la recommande vivement...c'est sympa !

On est en descente, en sous bois sur un chemin forestier, je fais preuve de vigilance quand même, les jambes réagissent bien. Puis place à une nouvelle montée, où on aperçoit la première féminine, je suis entouré de coureurs qui ont fait un top 15 la veille, ça me rassure !!!

Pas d'affolement, la route est encore longue, il faut que je gère mon effort, je monte plutôt bien, les descentes sont plus dures de part la technicité et l'effort musculaire de la veille que je ressent dans les cuisses.

On en profite pour discuter avec Laurent dans la montée, c'est sympa, on monte sur le même rythme, les km défilent, on passe le sommet au km 8 en 1h25', je suis passé légèrement devant, il me dit avoir du mal à se remettre en route !

Place à la descente, longue de 7km où la première féminine me repasse alors que je l'avais doublé en montée, on échange un peu sur nos pompes Salomon, puis elle part devant. On arrive sur le ravito du 12ème km juste le temps de se mouiller la tête, refaire les pleins et s'alimenter. Laurent arrive juste derrière, je repars un peu avant lui toujours en descente pour arriver au 15ème km en 2h15', tout va bien, je suis content d'avoir pu remettre la machine en route sans problème, comme quoi le corps est bien fait !! Laurent revient à ma hauteur, on fait un morceau ensemble, puis on enchaîne 2 coups de cul et 2 petites descentes, pendant lesquels je fais connaissance d'un Normand, le premier V2, on court un morceau ensemble, puis je ne vois plus de Laurent dans le rétro.

On parcours un bout de chemin ensemble sur des singles super sympas, on se retrouve sur un chemin forestier avant d'attaquer la grosse difficulté de la journée. Je rappelle un coureur qui manquait de se tromper, il a loupé la balise et a filé tout droit alors qu'il fallait attaquer la pente à droite !!

Une bosse de de 800m de long et 240m de D+ avec des passages à plus de 30% pour atteindre la chapelle St Romain-de-Roche où l'ami speaker Trooper c'est déguisé cette fois en curé, un passage bien sympa avec une bonne ambiance !!

Nous sommes au km 22 en un peu moins de 3h30', je ne vois pas de Laurent à l'arrière, il ne doit pas être très loin, je continue ma course, j'essaye de maintenir ma place que je ne connais pas mais que je suppose pas trop mal.

La suite se fait en montée toujours jusqu'au 25ème km, avant de rebasculer dans une légère descente et un faux plat montant en sous bois. Les km défilent et je m'approche du km 28, rencontre avec la famille et ravito. Mais avant on est sur un single qui débouche sur une traversée de route, je croise Laetitia, la femme de Laurent qui me reconnaît et m'encourage (merci), qui fait la circulation, il s'en suit un léger coup de cul, puis du faux plat descendant jusqu'au ravito. On croise quelques randonneurs qui nous encouragent, on nous annonce ravito à 100m et la dans ma tête, je me réjouis de retrouver tout le monde, je les vois au loin, je suis super heureux !

En plus l'avantage du ravito, c'est que sur ces courses, je prends le temps de faire les pleins, me ravitailler donc je reste quelques minutes avec la famille, donne des nouvelles, tout va bien, il le voit vite à ma tête, j'ai le smile et bonne mine !

 

 

Arrivée au premier ravito

Arrivée au premier ravito

Après avoir fait le plein d'énergie, on se quitte pour se retrouver quelques 4km plus loin, car je leur avaient proposé de monter au belvédère de la Scia, joli point de vue apparemment d'après l'organisation, facile d'accès et l'occasion de me revoir un coup !

La sortie du ravito se fait sur route à travers Pratz, je suis tout seul, puis je suis rejoint par des relais ensuite. Nous sommes en montée jusqu'au belvédère en sous bois, à l'ombre, je suis en mode marche active avec les bâtons, j'essaye par moment de trottiner mais c'est assez raide, je prendrai 170m de D+ sur 3km.

Pendant la montée, on avait quelques portions un peu plus plates où on pouvait relancer en courant et une relayeuse me dépasse et loupe la balise, elle est déjà loin, je la rappelle, j'espère qu'elle m'aura entendu car elle avait filé tout droit ...

De mon côté, je me réjouis de nouveau de retrouver la famille, ça y est j'y suis en haut de la bosse, pas le temps de contempler la bosse, j'ai mon objectif de 6h30' en tête. Le temps d'un coucou et d'un bisou à ma chérie quand même, puis on se dit à tout à l'heure à l'arrivée.

Je me lance dans la pente négative bien raide, il faut faire attention, ça glisse pas mal j'en suis à 4h45' de course et il reste 12km ! Je leur annonce une arrivée dans une bonne heure et demie, le temps qu'ils mangent et redescendent, dans ma tête je me dis il ne va pas falloir trop traîner quand même, mais je ne peux pas les booster ils sont tranquilles avec les enfants, alors on verra, je leur fait confiance, ils prennent toujours une petite marge par rapport à ce que je leur annonce !!

Un peu plus de 4km de descente agréable sur un chemin praticable où j'arrive même à bien courir, je vois très peu de coureurs, j'en ai un ou deux en ligne de mire de temps en temps. On passe une portion de route assez longue (rarissime sur ces 2j), mais ça permet de relancer et d'allonger un peu la foulée, ça fait du bien.

Puis on repart en légère montée sur un chemin forestier, je marche les 500m et 90m de D+ pour rejoindre le ravito, le dernier au km 36 je fais une petite pause, j'ai en ligne de mire un coureur de l'intégral qui m'a dépassé en montée, qui est aussi au ravito, mais je repars un peu avant lui. Je suis avec une personne, un V2 voir V3 bien qui a bien la caisse encore, il est derrière moi, mais on échangera un peu dans la montée qui suit de 2km et un peu moins de 300m de D+, autant dire que je passe en mode marche active, je jette un coup d'œil si le coureur que j'avais repéré au ravito n'est pas derrière, personne, je mène le rythme avec le coureur du solo 44km, le chemin est en virages au milieu des bois, on surveille le balisage ça serait dommage de se planter si proche de l'arrivée !

J'arrive au-dessus au presque 39ème km en un peu moins de 6h avec la casi totalité du dénivelé de fait. Il reste une grande descente et le dernier petit coup de cul pour rejoindre l'arrivée dans St Claude.

Je pense à la famille, j'espère qu'ils seront bien à l'arrivée et qu'ils auront eu le temps nécessaire pour déjeuner et redescendre, ça va être juste je me dis dans ma tête !!!

Place à la longue descente, très agréable sur un petit chemin étroit mais roulant où je lâche un peu les chevaux et j'entends derrière moi le coureur que j'avais vu au ravito, il me dépasse, puis un deuxième du solo intégral, mince je viens de perdre 2 places. Pas de panique je pense avoir plutôt bien géré mon classement tout au long de la course, ça m'embête mais de toute façon ils m'ont doublé tellement vite que je n'ai même pas pu accrocher !

J'arrive sur une portion de route, je reconnais St Claude, on descend de nouveau tout en bas, pour nous faire traverser une petite passerelle et nous faire remonter avant de rejoindre la ligne d'arrivée, où je vois la famille qui viennent tout juste d'arriver, juste le temps que les enfants me rejoignent pour faire les derniers mètres avec moi pour passer la ligne et monter sur la charrue ensemble !!

Je boucle donc en 6h26' cette 2ème étape de 43km et 2400m de D+ à la 27ème place !!!

Je suis super content de ma course, elle m'a permis de grappiller quelques places au classement général et finir 32ème sur le week-end sur les 109 finishers !

Place maintenant au ravito, à la récup dans la piscine d'eau froide de nouveau, un bon moment avec mes enfants et d'échange avec une copine Véronique qui boucle son premier gros trail et qui montera sur le podium pour sa deuxième place V2 (la chérie de Laurent qui en terminera en 6h59' à la 39ème place et 15ème sur le week-end, bravo).

Récup et arrivée avec le smile
Récup et arrivée avec le smile

Récup et arrivée avec le smile

L'occasion aussi de se boire une bonne binouse avec mon padre puis de filer à la douche avant de rentrer à la maison après ce super week-end sportif.

J'ai adoré cette épreuve malgré ma petite erreur de parcours, le regret de cette erreur est forcément présent car je me dis que si je ne l'avais pas fait comment j'aurais fini !? 

Mais avec du recul, il faut l'accepter, ça fait partie de la course, je n'ai pas été le seul à m'être trompé par endroit, malgré un bon balisage des organisateurs, la faute d'inattention, le manque de concentration peut arriver. On peut aussi se dire que si j'avais fait une course plus rapide, sans erreur le premier jour, je l'aurais peut-être aussi payer le lendemain...ce n'est pas si évident et si mathématiques alors il faut accepter cette honnorable 32ème place sur un week-end de course de 113km et 6400m de D+ en 17h05' avec pas mal de d'abandons (plus d'un quart) !

Je suis satisfait de ma remontée du 2ème jour et d'avoir pu gérer au mieux ces 2 journées sans se blesser et en profitant au maximum. Les paysages étaient magnifiques, le tracé très bien choisi avec quelques jolis points de vues même si on en profite pas pleinement on s'en rend compte.

Un grand merci aux organisateurs de cet UTTJ, vous avez été au top tout au long du week-end, toujours avec le sourire et très serviable, merci à Sam et à toute son équipe !

Merci à Lolo et à Laetitia évidemment pour leur hospitalité, j'ai pu profiter d'une chambre et d'un bon lit pendant 2 nuits, c'est confortable, associé à un très bon accueil !

Et un grand merci à ma famille (parents, chérie et enfants) toujours présente pour partager ensemble ces moments sportifs intenses, ça fait chaud au cœur de les voir sur le bord des sentiers. Sans oublier bien sûr un merci à toutes les personnes qui m'auront communiqué leurs encouragements avant, pendant et après ces 2 journées !!

Hydratation au houblon avec le padre

Hydratation au houblon avec le padre

Commenter cet article