Hivernal des Coursières 2017 : des retrouvailles, de l'initiation et en manque d'O2 !!

Publié le par Greg Chamberland

Hivernal des Coursières 2017 : des retrouvailles, de l'initiation et en manque d'O2 !!

Dimanche a eu lieu la première course de l'année, un rendez-vous à 35' de la maison, à St Martin en Haut, petit village perché à 750m d'altitude dans les Monts du Lyonnais !

Cette course organisée par le team des Coursières des Monts du Lyonnais porte bien son nom cette année, car froid (-3°C au départ), légère bise, de la grisaille, du verglas et même quelques portions de neige s'étaient bien tous donnés rendez-vous en même temps ce qui rendait le paysage plutôt joli et de saison !!

Pour l'occasion, nous étions une bonne dizaine des Foulées de Beauregard, mais j'ai aussi emmené avec moi pour sa première course et surtout son premier trail, mon voisin David, un quadragénaire sportif en général mais plutôt avec une raquette à la main et par le passé un ballon au pied. Il s'est donc mis à la course à pied il n'y a pas très longtemps en intégrant les foulées de Beauregard !

Cette course représentait pour lui une grande première, une initiation au trail, qui nous a amené à pas mal échanger car il se posait pas mal de question niveau préparation, tenue adéquat, types de baskets etc...un bon moment d'échange en amont !

Ce fût aussi l'occasion de partager ce moment avec un membre du Town To Trail & Co sous le nom de Yoann Rose, mais pas que car il s'avère que c'est aussi une ancienne connaissance footballistique jurassienne. 3 ans d'âge nous sépare mais nous avons joué dans le même club de foot étant plus jeune et avons quelques connaissances jurassiennes en communs.

Je savais que Yoann faisait partie du team TTT & Co de Yoann Stuck, notre coach, depuis octobre, mais dimanche c'était l'occasion de se voir et d'échanger sur nos vies. 

 

Le départ est lancé !

Le départ est lancé !

Notre arrivée sur place s'est faite tous les 3 vers 8h15, on retrouve les membres des foulées, on récupère le dossard et on retourne à la voiture s'habiller !!

Une fois prêt, on fait les pleins d'eau puis on se dirige vers la ligne de départ en footing, nous sommes à 15' du départ, il va falloir faire un bon échauffement par ce temps car ça va partir vite devant !! On arrive vers la ligne, on nous demande d'enlever nos puces de chronométrages de nos dossards car avec le froid elles se décollent. Je l'enlève donc pour la mettre dans ma poche arrière !

Puis direction l'échauffement, avec un peu de ppg et d'accélérations progressives pour monter en température, avant de regagner la ligne et se placer aux avants postes ! On se souhaite bonne course avec Yo, David et les copains des foulées un peu en retrait ! Finalement David décide de se mettre derrière par peur de gêner au départ. Il n'aurait peut-être pas dû car il va vite tomber dans les embouteillages du départ, car nous étions tout de même plus de 900 à s'élancer, il fera différemment la prochaine fois !!

Le speaker chauffe le peloton, on lève les bras pour taper dans les mains, puis le décompte est lancé !

C'est parti, ça part très vite en faux plat descendant jusqu'au rond point, puis là à droite, on est sur la route à vive allure (en-dessous des 4' au km), puis on bifurque à droite sur la route toujours mais à la différence de 2016, on part à droite encore direction un bon raidillon qui va en calmer plus d'un(e)s, moi le premier, je baisse de rythme, je me fais doubler, je sens déjà que ça va être dur...j'arrive malgré tout au-dessus de la bosse, j'essaye de relancer, ce n'est pas folichon mais il faut pour ne pas perdre trop de temps.

 

Une idée de la grisaille !!

Une idée de la grisaille !!

On poursuit sur un chemin, puis en descendante légère sur route avant de bifurquer dans un chemin tout gelé, le sol est dur, j'essaye de reprendre mon souffle, puis bim de nouveau un raidard sur 600m sur un petit sentier, on court en file indienne, puis on bascule en descente où j'essaye d'allonger la foulée et reprendre du souffle, j'ai l'impression de peser 10kg de plus et d'avoir qu'un seul poumon !!

Alors ok petite aparté, ma coupure annuelle de 17j m'a fait gagner 2 bons kg mais quand même pas 10kg !!!

Puis la suite, rebelote, on enchaîne cette fois-ci par 1,7km de montée et 100m de D+, je passe en mode marche active sur quelques mètres, puis je reprends rapidement le trot, puis de nouveau la marche pour arriver à relancer un peu avant le sommet de la bosse, puis basculer en descente sur un peu moins d'1km où j'allonge au maximum. Le froid est bien présent, mes bronches me le rappellent, mes cuisses aussi (ok je suis en short, mais j'adore courir en short toute l'année et c'est celui du Team Trail Jura donc il est habitué au froid !!!), il y a une grisaille permanente, on distingue à peine les coureurs, on est un petit groupe, on se suit en évitant les pièges.

Puis on repart en montée, légère, je trottine, je n'arrive toujours pas à trouver un rythme avec ces up & down et ce temps j'ai du mal à vraiment me mettre dans la course, alors je me force et me dit que ça va passer !

A ce moment là, j'ai un salut d'un copain du Team Trail Jura, Yannick Poletti, qui est sur la région lyonnaise et c'est la 2ème fois qu'on se retrouve sur une course, c'est sympa, il m'encourage en me dépassant et à ce moment là, je me dis allé sors toi les doigts et accroche toi.

J'ai donc essayé de maintenir un rythme convenable, on est dans un épais brouillard, il prend de la distance, je ne lâcherai pas le morceau et j'arriverai au-dessus de cette bosse, où je vais pouvoir enfin relancer avec quelques meilleures sensations, puis place à la descente que je débaroule rapidement, je dépasse quelques coureurs, je vois au loin Yannick qui descend bien aussi, mais je le distingue à peine dans le brouillard !

Le terrain est dur par moment verglacé, quelques passages sur route pour rejoindre des chemins sont rendus très glissants, il faut faire preuve de prudence, mais mes nouvelle Sense 5 accrochent bien !! J'approche du ravito du 8ème km, avec un temps convenable autour des 38' !

Je passe tout droit au ravito en saluant les bénévoles qui sont là à se les cailler, j'ai aperçu Yannick, il est à 200 m devant, je me lance dans la descente qui suit à bonne allure, on est ensuite à travers champ où le terrain gelé est bien instable ! On se prend un petit raidillon où j'alterne marche et course pour perdre le moins de temps possible, je me rapproche de Yannick, puis au-dessus les bénévoles nous encouragent, merci à eux !

Il s'en suit 1,7km de plat, faux plat où je vais relancer, les sensations sont meilleures, j'ai toujours en ligne de mire le TTJiste, on avance à peu près à la même allure donc difficile de grappiller du terrain.

Puis place à une bonne descente où je peux lâcher les chevaux comme on dit toujours en étant vigilant car le terrain est quand même bien technique par endroit et bien gelé. On passe le 10ème km en un peu plus de 50' et les 3/4 du dénivelé de fait, je suis à peu près dans les temps même si j'espérais mieux, mais vu la forme je m'en contenterai !

On est à travers champ, je remonte un coureur, on attaque l'avant dernière montée que je me forcerai à faire majoritairement en courant car je vois Yannick juste devant à 50m à peine, je marche 5m puis repasse en mode course car le temps est compté, c'est peut-être jouable d'aller chercher un temps un peu meilleur que 2016 faute daller chercher mes 1h15' du départ ! La fin de la bosse se termine par une petite portion route, un crochet dans un bois, je remonte un autre coureur, puis place à la descente où Yannick me distance légèrement.

On descend sur 1,5km, j'allonge bien la foulée, je sais maintenant qu'on se rapproche de l'arrivée et quand je regarde la montre je suis autour des 12km/h de moyenne (5'/km, léger mieux que 2016 du coup) alors je donne mes dernières cartouches dans l'ultime montée finale qui se traduit par 1,7km et +130m, où je dépasserai de nouveau un ou 2 coureurs dont la 2ème féminine (1ère SEF). Je cours au maximum, je suis au contact de Yannick, j'alterne marche et course, lui aussi, on est sur le même tempo, puis on bifurque au-dessus à gauche dans la dernière descente où j'allonge la foulée au maximum pour combler un peu se manque de forme du début de course. La 2ème féminine me redépasse et prend le large.

Je regarde le chrono, je passe les 15km en un peu moins d'1h15', mais le parcours fait un peu plus (15,7km exactement). Yannick allonge tout aussi bien sa foulée, je ne parviendrai pas à revenir à sa hauteur, il n'a rien lâché non plus, bravo. Je suis au coude à coude avec un coureur juste derrière moi, j'aperçois les copains des foulées qui ont remonté le parcours pour nous voir (Oliv et Manu), merci les gars et Oliv immortalise l'instant !!

 

 

Le coude à coude !

Le coude à coude !

Les 700 derniers mètres se feront sur légère descente, plat et faux plat montant, je ne lâcherai rien avec le coureur en question,  j'accélère un peu sur les derniers hectomètres pour passer la ligne en 1h18' et 50" exactement (soit 7" de moins que 2016...avec 300m de plus cette année et un peu plus de D+, soit une allure 2016 de 5'06"/km contre 5'02"/km cette année), autant dire casi le même chrono que l'année dernière mais dans des conditions plus difficiles.

L'arrivée est un peu chaotique suite aux problèmes de puces du départ, donc on se met en file indienne pour passer au banc de chronométrage vérifier si le numéro de dossard a bien été enregistré auquel cas les organisateurs le note à la main ! Le classement sera édité plus tard à cause de ces désagréments et les organisateurs ne garantissent pas la fiabilité des résultats. On aura droit à 3 versions, j'ai droit à 1'10" de plus sur mon temps officiel et en termine donc à la 89ème place sur les 805 finishers !

Yannick fini 15" devant, il n'aura rien lâché non plus, je vais le féliciter et on en profite pour échanger un peu ensemble.

Pour revenir sur la course, je n'ai pas eu des supers sensations, il fallait s'y attendre après 17j de coupure, mais ce n'est pas grave.

Sur le moment ça fait rager car on se dit qu'il y a une année qui s'est passée entre la course de 2016 et celle de 2017 pour si peu de progrès voir pas du tout, alors que je pensais avoir fait une bonne saison 2016 avec de la progression.

Mais après coup, on relativise, le coach se veut rassurant en me confirmant que c'est normal, que c'est une course de reprise, post coupure et que les conditions hivernales n'étaient pas en notre faveur cette année. Qu'importe, il faut repartir à l'entraînement boosté en vue du prochain objectif qui sera le 25 km du trail des Cabornis et faire référence à ma devise NO PAIN NO GAIN !!

By René Charles !!

By René Charles !!

Publié dans Courses 2017

Commenter cet article