La grande course des Templiers à Millau

Publié le par Greg Chamberland

Une idée du profil !!!
Une idée du profil !!!

Une idée du profil !!!

Nous y sommes après de nombreuses semaines de préparation, l'objectif de l'année est arrivé, le grand trail des Templiers, si mythique reconnu sur la planète trail au niveau mondial, avec des grands noms qui vont s'affronter (les 9 meilleurs trailers français contre les 9 meilleurs trailers américains), ça promet!!

Cette manifestation est né il y a 20ans, c'était donc une édition spéciale car c'était la 20ème et j'ai pu croiser des coureurs qui ont effectué ces 20 éditions, ils sont 4, chapeau bas messieurs!!

L'évènement se déroule sur 3 jours avec au total 11 courses (pour tous les âges et notamment la kinder kids et la junior trail). C'est la plus longue, l'endurance trail qui a ouvert le bal dans la nuit de jeudi à vendredi à 4h du mat' pour 100km et 4600m de D+!

Pour ma part j'ai opté pour la grande course des Templiers avec 74km et 3450m de D+, un parcours unique sur les Causses, de pur plaisir et une joie intense de franchir la porte du bonheur dans un cadre authentique.

Pour ce week-end sportif, je serai en compagnie de mes parents et de ma fille. Ma chérie a préféré rester tranquille avec mon loulou car le déplacement (850km) en 2j + la journée intense du dimanche lui faisait un peu peur chose que j'ai parfaitement compris et accepté.

Mes parents nous rejoignent donc samedi matin, ils sont arrivés tout droit du Jura à 8h30 pour un départ ensuite de la maison direction Millau à 9h, le sac est prêt, il fait super beau, ça promet un week-end au top.

On arrive sur place à 13h, on se met dans l'ambiance, le monde est là, les voitures sont garées partout, n'importe comment bref on y est!!

Ouf on trouve une place et direction un petit resto où un bon nombre de coureurs se réfugient pour déguster la fameuse pasta party, on se pose en terrasse c'est top il fait super beau, même chaud. Je croise en repartant mon pote Sylvain Dubreuil du Jura avec qui j'avais fait ma dernière sortie longue, puis on se dirige en famille à pied au salon du trail qui est à un petit km.

Je récupère le dossard, puis on fait un tour sur le salon du trail où les parents découvrent tout le business qui gravite autour du trail. Je croise Carole Pipolo, la reporter/photographe du progrès qui est là pour faire un petit article sur les membres présents du team trail jura, génial, on fait des photos délires, on blague, l'ambiance est bonne!! Je repère aussi le stand de mon objectif 2015...et oui il faut déjà y penser : ça sera la transju'trail dans mon jura de Morez à Mouthe (72km et 3200m de D+), j'échange avec l'organisateur qui est très content de m'entendre lui dire que j'en ferai mon objectif 2015, je lui pique un petit morceau de comté au passage, un mec bien sympa (un jurassien normal!!!).

Avec Carole !!
Avec Carole !!

Avec Carole !!

On monte repérer l'arche d'arrivée si légendaire, la fameuse porte en bois, on voit arriver les premiers de la Monna Lisa, j'attends d'ailleurs un copain jurassien Nico Dubiez qui m'annoncera que ça ne sert à rien d'attendre car il a abandonné malheureusement...arf!!!

Donc finalement on redescend, car il fait chaud, on cherche un peu d'ombre, puis je l'appelle pour en savoir plus et savoir si on peut se faire un coucou!! Quelques mètres plus tard, on le croise avec sa petite famille et on échange, il n'a pas la patate, normal, il me souhaite bonne chance pour demain et tentera de me croiser sur le parcours et/ou l'arrivée, chouette ça motive!! On repart puis quelques mètres plus loin je croise une autre connaissance, un trailer des monts d'or, Richard Jouhannet en boitant car lui aussi a abandonné sur l'endurance trail suite à une grosse chute! On échange, il me parle un peu des difficultés qui m'attendent demain, puis me souhaite bonne chance!!

Cette fois-ci, on remonte dans la voiture puis direction le gîte situé à une petite dizaine de km dont 3-4km complètement perdu dans la montagne, on grimpe bref on arrive enfin, nous sommes perché à plus de 800m d'altitude au milieu de nulle part c'est tranquille, nikel pour se mettre au verre!! Le propriétaire nous accueil, un bon bougre très sympa nous fait visiter puis on se donne rdv à l'apéro car nous serons 12 à table ce soir dont 8 trailers pour le lendemain, ça promet !!

La grande course des Templiers à Millau
La grande course des Templiers à Millau
La grande course des Templiers à Millau

On se donne rdv à l'apéro light pour ma part (un petit sirop) où effectivement on fait connaissance avec les hôtes trailers venus du 06 (Mandelieu) et du 01 (Hauteville) oui oui je vous avais dit ça vient de partout!! L'ambiance st bonne, on passe à table pour un bon festin à base de charcuterie locale, poulet élevé dans les montagnes / pâtes, fromage et fruits arrosé d'eau et de bonne humeur!! Chacun parle de ses expériences et de ses objectifs pour le lendemain, puis l'heure arrive d'aller se coucher car en plus on recul d'une heure!!

La nuit est courte mais bonne, réveil à 3h, bonne douche, on se prépare puis direction le petit dej où on retrouve les trailers, on se donne rdv vers 4h15 max pour quitter le gîte.

C'est parti on rejoint le départ, la route est barrée, on prend la déviation, petit stress l'heure tourne, on approche, on commence à voir des frontales, des voitures de partout...la pression monte, nous sommes à 20min du départ!! On trouve à se garer puis on rejoint à pied le SAS de départ, je me glisse dans le SAS n°2 (début de la 2ème moitié), les SAS sont bien remplis, on sent la pression monter il fait bon (9°C environ).

Un bisou à papa car il se dirige vers la ligne de départ pour voir les élites et le départ en live!!

On est serré comme des sardines, puis retentit la fameuse musique que j'attends depuis des mois Ameno-ERA accompagnée des feux de bengale c'est magique!! Puis c'est le décompte 10-9-8-7-6-5-4-3-2-1-go...en route pour un objectif compris entre 13h et 14h de course!!!

On avance tout doucement pour franchir l'arche de départ, je vois papa qui est bien là qui m'encourage au passage puis je me mets dans ma bulle, c'est parti ça court à allure tranquille comme prévu (j'avais décidé de partir très tranquille), nous sommes sur le bitume pendant 2,5km à 10-11km/h cool cool, j'allume la frontale!! Puis on quitte la route pour attaquer la première grosse difficulté de la journée, la montée sur Carabasse, 3km avec 460m de D+ ça bouchonne sérieusement, on est en mode marche impossible de courir de part le monde (petit single casi file indienne), puis j'ai dit que je partais cool, la route est longue. Après 40min ascension (la bosse des Templiers), on retrouve le plateau à travers des chemins forestiers en pleine nuit c'est sympa, je me sent vraiment bien, je discute un peu autour de moi, fais connaissance avec un trailer de Lyon, on a même droit à des encouragements d'un petit groupe de personne planqué dans les bois, c'est génial, c'est hallucinant, personne ne s'y attendait à cet endroit et à cette heure!! On avance bien, je ne m'emballe pas je garde un rythme correct pour rejoindre ensuite des pistes sablonneuses très agréables à courir, je regarde la montre je suis dans les temps que je m'étais fixés.

Je sais que nous allons passer devant le gîte que nous avons réservé (par pur hasard, c'est génial), j'ai donc un premier rdv avec ma petite famille qui vont pouvoir me faire un premier coucou!! Après 9km de pistes nous arrivons autour du 14ème km, on vient d'assister au lever du soleil, j'éteint la frontale, tout va bien je vois au loin mes parents et ma puce il est à peine plus de 7h du mat ça fait du bien de les voir là une première fois, on tape dans les mains et puis on se donne rdv au 2ème ravito à St André de Vézine au 31ème km (le premier est dans 8km ça sera trop juste pour qu'ils s'y rendent).

Puis on part sur 3km de descente, jusqu'au ravito de Peyreleau (22ème km), joli petit village, il y a une ambiance digne d'un tour de France, j'arrive bien dans mes temps, 2h37min de course, en 1373ème position je suis serein. Je prends le temps de me ravitailler, je recharge mon camelback, prends quelques bananes, les jeunes du ravito nous encouragent par nos prénoms c'est sympa, puis je repars pour attaquer une belle bosse, un peu moins de 4km avec 440m de D+, on est en file indienne ça avance très doucement, on trépigne, ça bouchonne...je double dès que j'en ai l'occasion ce n'est pas simple car très étroit, j'arrive au dessus en un peu plus de 50min.

La bosse qui bouchonne et le départ.
La bosse qui bouchonne et le départ.
La bosse qui bouchonne et le départ.

La bosse qui bouchonne et le départ.

Au dessus, je relance on est sur des sentiers, 2km de plat tout va bien, puis une descente pas longue d'à peine 1km où je reste prudent, tout va bien je fais attention où je pose les pieds car les pierres et les racines sont au rdv, puis de suite un coup de cul suivi d'un faux plat montant qui nous emmène tout droit au 2ème ravito de St André de Vézine, 33ème km, là je sais que ma famille m'attend, je suis dans les temps j'ai hâte de les voir et à cet endroit j'ai prévu de me changer car l'assistance est autorisée! J'arrive en 4h23min de course, 1442ème

Je les vois, eux aussi yes, quelques petites photos, je les rassurent tout va bien, j'enlève mon haut de départ, mes manchons, mes gants, mon bonnet, je range la frontale puis j'enfile mon maillot du team trail jura tout sec, yeah ça fait du bien, je mets aussi la visière car le soleil est bien levé ce coup-ci!! Je donne tout mes habits sales à maman, petit calin à ma puce, puis direction le ravito pour faire le plein du camel bag et me restaurer un peu, ça fait du bien quelques morceaux de bananes, tuc (évidemment), puis je ne tarde pas à ressortir, maman m'annonce qu'il y a un des hôte de la veille qui dort aussi dans le gîte qui est juste là et qui m'attend pour qu'on fasse un bout de chemin ensemble, super sympa!! On repart donc du ravito remonté à bloc, rdv au prochain à Pierrefiche km 47.

Assistance de choc !!

Assistance de choc !!

Je repars donc avec Seb, on est bien, lui aussi on est sur du plat voir limite faux plat descendant, on ne s'emballe pas trop, on profite à fond car les paysages sont vraiment superbes. Puis on attaque la descente sur 2,5km, la vraie je passe devant Seb elle n'est pas dangereuse, pas trop de pierres jusque ce qu'il faut mais prudence quand même. On en profite pour admirer le paysage. On est à peu près à mi-course, on se fait la remarque d'être à 5h de course...à ce rythme nous allons péter les scores...sauf que je lui dit malheureusement la règle de doubler ne s'applique pas (avec la fatigue accumulé + la 2ème moitié qui est bien plus dure que ce que l'on vient de faire), mais peu importe on a un super moral et on avance ensemble. Puis de suite derrière c'est la grimpette pas très longue mais casse pattes. Au pied de la grimpette, on croise une assistance secours avec un coureur allongé au sol recouvert de sa couverture de survie...il n'a pas l'air en forme...

De notre côté on grimpe tranquille sur 2 petits km en 25min environ, puis on se retrouve à dominer les Causses, on distingue au loin le viaduc de Millau c'est sublime, il y a des rochers de toutes les formes. Je vois Seb partir un peu devant, je le laisse filer, je reste à mon rythme je n'ai pas envie de me griller.

La grande course des Templiers à Millau
La grande course des Templiers à Millau
La grande course des Templiers à Millau
La grande course des Templiers à Millau
La grande course des Templiers à Millau

On se dirige ensuite vers la descente ou l'on va retrouver le 1er point d'eau.

La descente fait environ 3km elle est raide et les jambes commencent à sentir la fatigue des kilomètres mais ça va je suis serein, je gère avec mon hydratation, je prends un gel antioxydant puis je me dit que je ferai le plein d'eau en bas avant la big montée qui nous attend juste derrière.

Je descends donc pas trop vite pour ne pas trop solliciter les cuisses, puis arriver vers le bas j'échange avec un coureur qui me conseille de garder de l'énergie car il y a une belle bosse qui nous attend et il ne faut pas perdre de temps par rapport aux barrières horaires. Nous arrivons au point d'eau de la Roque Ste Marguerite, avec les encouragement des habitants et du public, c'est un petit village enclavé très joli avec très peu de soleil, je fais le plein d'eau (merci aux organisateurs), on traverse un pont où la côte nous tend les bras. Je discute avec un autre coureur, très sympa et on se donne 35min pour monter, il est 11h37min exactement je m'en souviens (et la barrière est à 13h30 à Pierrefiche...on est large, on compte mettre 35-40min pour monter!!).

C'est parti, on marche, je me sert de mes bâtons, je limite les contractions des cuisses pour gérer l'effort, il reste malgré tout encore un bon bout de chemin.

La montée fait 2 gros km avec 430m de D+ en un peu plus de 35min puis ensuite c'est un légère descente qui va nous emmener au 3ème ravito qui est Pierrefiche, où ma famille m'attend!! L'ascension se passe très bien, nous avons bien géré, j'ai pu relancer assez facilement au dessus pour atteindre le ravitaillement en bon état, après 7h05min de course, km 47 et en 1430ème place, j'ai gagné 12 places depuis le dernier point de contrôle.

Je retrouve mes parents et ma minette qui viennent tout juste d'arriver (galère pour accéder) donc petites acolades puis on se donne rdv à la sortie du ravito avant de repartir.

Le ravito, je marque la pause, thé, bananes, tuc, pain/roquefort...au top bien requinqué puis je sors remplir le camelback, encore merci les organisateurs, très sympathiques.

Puis je file retrouver mes parents et ma puce, on échange 2min, je leur dit que je me sent bien même si je commence à sentir la fatigue...(comme dans les bronzés oui oui mais pas pareil!!!!)..mais pas d'inquiétude c'est normal on vient de s'avaler 47 bornes et casi 2000m de positif. Je dis à mon père que cette fois-ci je vais rencontrer les 20km les plus terribles du parcours car pas de ravito avant 17 bornes et encore c'est juste un point d'eau à Massebiau puis le ravito complet est dans 20 bornes à la ferme du Cade, il va donc falloir sérieusement gérer les efforts.

Ils me disent qu'ils ne pourront pas venir me rejoindre sur les autres ravitos, c'est trop compliqué pour circuler et les routes sont très sinueuses, je comprends je leur dit de ne pas qu'ils s'en fassent, je vais gérer et j'enverrai des textos pour les tenir informé, dans tous les cas rdv à l'arrivée entre 18h et 19h car je ne pense pas titiller avec les moins de 13h même si j'avais eu un petit espoir jusque là!!

Je repars, fais des bisous salés à ma puce et maman, ils me souhaitent bon courage et je file, je suis rechargé à bloc, maitenant il va falloir gérer au top si je veux que ça passe!!

La grande course des Templiers à Millau
La grande course des Templiers à Millau

Je repars avec un monsieur du coin très sympa, on fera route ensemble jusqu'à Massebiau tantôt lui devant tantôt moi pour se motiver mutuellement, il connait bien la dernière partie pour l'avoir faite en reco et me l'annonce très difficile!!

On avance sur un chemin forestier, c'est plaisant avant d'attaquer une montée de 2km environ et de 140m de D+, donc ça passe plutôt bien, on avance à un bon rythme en mode marche active, nous sommes au dessus au 50ème km ça va toujours, je relance sur du plat (1km environ) pour le moment tout se passe bien, on profite des paysages somptueux avec une vue dégagé sur le viaduc de Millau, avant d'attaquer une longue descente de 4,5km, toujours bien technique où il faut faire attention en permanence et ne pas trop soliciter les cuisses pour ne pas déclencher de crampes.

En bas nous attend de suite une petite difficulté d'un kilomètre avec un peu plus de 100m de D+, assez raide, je commence à sentir une cuisse se raidir, cramper légèrement, pas d'affolement, de suite j'avale un gel, je m'hydrate à fond puis je reste concentré sur la montée dans les talons du coureur que je suis depuis le dernier ravito. Après la bosse c'est descente sur 1,5km, donc idem très prudemment je l'attaque sans trop soliciter les cuisses, je descends donc tranquille, la cuisse va mieux, ouf juste une petite alerte, puis on enchaîne direct avec une autre bosse de 3km avec 180m de D+...on s'y colle et ça passe plutôt bien, on monte à un rythme raisonnable, les cuisses sont tendues mais ça va, je n'oublie pas de boire beaucoup car je sais que plus bas dans quelques km il y a un point d'eau à Massebiau où je vais pouvoir refaire le plein!!

On arrive au dessus de la bosse 40 min plus tard environ puis ce coup là c'est la dezscente jusqu'au point d'eau de Massebiau donc prudence toujours, les jambes commencent à fatiguer donc attention à bien faire l'effort de les lever pour ne pas se ramasser!! La descente fait un peu plus de 3km, c'est long quand on commence à avoir les cuisses dures, mais ça va plutôt bien, on rejoint sur le bas une petite portion de route, on entend les spectateurs, il y a l'air d'avoir une grosse ambiance, on nous pointe, je suis à 10h36min de course, au 64ème km et en 1446ème position, j'ai perdu quelques places (16).

En effet, on passe un petit pont (très joli d'ailleurs), beaucoup de monde est là pour nous encourager, ça fait vraiment du bien et je me surprends même d'entendre allez Greg...c'est Nico Dubiez et Céline qui sont là, c'est génial (merci), ils me demandent si ça va, je leur répond que oui mais ça commence à tirer un peu, mais je vais gérer.

J'arrive sur le point d'eau, je fais le plein du camelback, m'enfile un gel antioxydant et je croque dans une barre salé pour prendre quelques forces et limiter au max l'arrivée des crampes, car il nous reste encore 10km mais 2 grosses difficultés!

La grande course des Templiers à Millau
La grande course des Templiers à Millau

Je repars motivé à fond, il reste 10km (on a l'impression que c'est que dale mais il sont terribles car il reste aussi casi 1000m de D+ à faire!!), je sais que tout le monde doit être derrière son pc à me suivre, ça donne la patate (j'ai lu quelques textos qui font chaud au coeur donc je me dois d'en découdre!!).

On repart en montée, j'ai perdu de vue le coureur de Pierrefiche, dommage soit il est déjà reparti ou pas encore, peu importe pour ma part je dois avancer. On grimpe sur le bitumz quelques centaines de mètres au milieu du village dans des petites ruelles, les gens du village nous applaudissent, nous encouragent c'est super ça motive puis on récupère un petit sentier toujours en montée au soleil, il fait chaud mais bon, je bois, la bosse fait un peu moins de 3km et 470m de D+...ça pique...comme on dit dans notre jargon!!

Tout va bien, quelques franchissement de belles pierres (merci les bâtons), puis j'arrive à en découdre au dessus sur un léger faux plat montant, puis du plat sur un chemin forestier très agréable pour rejoindre le ravito,une heure vient de se dérouler depuis Massebiau, je suis à 11h36min de course km 67 et en 1342ème position, j'ai gagné des places (104 quand même!!)...et oui ça montait vraiment beaucoup...le temps défile et je me dis que moins de 13h ça sera impossible donc tanpis, restons concentré pour respecter mon objectif de départ, l'essentiel sera de franchir cette ligne et passer sous la porte mythique des Templiers!!

Au dessus c'est le dernier ravito de la ferme du Cade, on sent que le jour commence à baisser, je prend le temps de me ravitailler c'est le dernier, je ne m'éternise pas non plus car il reste 7km et une énorme difficulté, la dernière avant la descente sur Millau. Je suis dans les temps, mais je n'ai pas de temps à perdre!! Un petit texto à la famille pour dire que tout va bien puis je repars. Je croise un hôte qui était aussi avec nous à la chambre d'hôte qui est cuit de chez cuit, assis et qui ne sait pas comment il va finir, je l'encourage, puis je prends ma route.

Pour ma part, les jambes commencent à déguster mais je me force à courir pour maintenir un rythme et ne pas laisser installer la fatigue! La suite est roulante sur faux plat descendant toujours sur chemin forestier un peu caillouteux mais ça va, puis ensuite c'est la descente sur 2km environ, que je gère tranquillement, sans faire d'imprudence, de toute façon je ne peux pas envoyer plus j'ai les pattes qui commencent à cumuler la fatigue!!

Puis on arrive enfin au pied de la toute dernière difficulté de la journée, la fameuse montée de Pouncho d'Agast vers l'antenne, sur le Causse noir, c'est 1,5km et 290m de D+ avec des passages à la verticale casiment par endroit, où l'on a pas le droit à l'erreur car sinon on tombe à la renverse....et ça peu faire très mal car derrière ... c'est le vide!! Il s'agit presque d'escalade, on s'accroche aux rochers pour grimper, ça bouchonne sérieusement, tout le monde prend son temps et surtout tout le monde fatigue donc assure son geste pour ne pas faire une ereur qui serait fatale...devant je continue d'appercevoir un fameux coureur pour le moins atypique limite inconscient qui court en sandales...oui oui en sandales, que je doublerai quelques mètres plus loin!!

Après 40min de montée environ, c'est la délivrance, ouf et en plus mes cuisses vont plutôt bien, elles sont prêtes à attaquer le finish, de nombreuses personnes nous encouragent au dessus, nous félicitent, nous sommes au 72ème km, il en reste plus que 2km en descente avec un passage super sympa, atypique dans la grotte du hibou (voir photo ci-dessous).

Je marque la pose rapide pour remettre la frontale car ça y est les 2 derniers km se feront de nuit, on vient d'assister à un joli coucher de soleil sur le viaduc de Millau au loin. Je suis donc serein, j'y vois bien clair je sais qu'à ce momet là la ligne d'arrivée me tend les bras et je vais pouvoir retrouver toute ma petite famille, ça donne la pêche. Je descends donc à allure tranquille, il y a encore des belles marches (60cm de haut environ à franchir, c'est raide pour les cuisses) mais ça va, j'éclaire le coureur de devant qui n'a pas de frontale, je n'avance pas vite mais peu importe, je suis dans les temps et à ce stade c'est terminer sans se blesser qui m'importe!!

On arrive sur une route, les organisateurs font la circulation, nous la traversons ils nous encouragent et nous disent qu'il reste 1km sur sentier roulant...que c'est bon d'entendre ça!!!

On commence à ressentir la chaleur de l'arrivée, l'ambiance, je double quelques coureurs, l'adrénaline monte, puis on approche tout doucement de la ligne, des orgnaisateurs sont là qui me félicitent, me disent que ça y est c'est la fin, puis je rentre dans les derniers hectomètres il y a un monde impressionnant, j'apperçois de nouveau Nico et Céline, c'est génial je lève le bras en l'air, je serai finisher de la grande course des Templiers, c'est magique, je leur tape dans les mains, je profite à fond de ces instants, on m'encourage, les enfants sont au bord, je tape dans les mains, puis au loin je vois maman avec ma puce qui m'attendent de pied ferme (ma puce avec le drapeau Made in Jura) dans les starting block, je les appellent, elles me voient c'est magique ça y est je prends la main de ma puce pour finir le dernier 100m, franchir les quelques marches encore qui vont nous permettre d'accéder à la ligne d'arrivée, puis au dessus je vois mon papa à quelques mètre de la porte des Templiers, qui m'encourage c'est génial, pour franchir la ligne avec ma puce en 13h40min et immortaliser l'instant avec le photographe situé juste devant nous!!!! Yessss un grand ouf, une grande émotion d'avoir fait une telle épreuve, j'apperçois Nico qui me demande si ça va, je lui fait signe que oui, je suis sur mon petit nuage et je m'empresse d'aller rejoindre mes parents avec ma puce. Je suis super content, eux aussi, l'émotion est bien présente sur nos visages, ils commançaient à s'inquiéter car la nuit tombée c'est toujours plus angoissant mais j'avais essayé de les rassurer quand j'avais quitté la ferme de Cade (dernier ravito).

Pour ma part, je termine donc en 13h40min, 1334ème, 2ème moitié finalement (j'avais visé la 1ère mais dans mon objectif temps qui était compris au départ entre 13h et 14h).

Je me dirige ensuite au ravito de l'arrivée, on me remet ma médaille de finisher ainsi qu'un joli sweet, puis c'est place au ravito, ça fait du bien, je croise les hôtes de la veille qui en ont fini eux aussi (un seul sur les 8 aura abandonné sur blessure au genou), il en reste encore 2 en course apparemment. Le froid s'installe et nous filons sous les grands chapiteaux pour aller se restaurer avant de reprendre la route. au menu ça sera copieux : une bonne soupe, de l'aligot avec une saucisse, salade, fromage, dessert et brioche...de quoi reprendre des forces!!

Puis c'est l'heure de remonter, tout le monde commence à fatiguer après ce dur week-end, plus de 4h de route nous attend! Je prends le temps de lire tous vos messages dans la voiture, puis place à un petit roupillon bien mérité pendant que papa conduit. Je reprendrai le volant à un peu plus de 100km de l'arrivée pour qu'il puisse à son tour se reposer aussi et nous arriverons à un peu plus d'1h du mat', contents d'aller se coucher!!

Voici quelques statistiques de la courses :

Nombre de partants : 2452 dont femmes : 178 (7,26% des partants)
Nombre d’arrivants : 1988 (81,08% des partants) dont femmes : 135 (6,79% des arrivants) (75,84% des partantes)
Nombre total d’abandons : 464 (18,92% des partants)

La grande course des Templiers à Millau
La grande course des Templiers à Millau
La grande course des Templiers à Millau
La grande course des Templiers à Millau

Je retiendrai de cette belle expérience sportive, un magnifique week-end en famille avec des vrais moments sports, pour ma part un vrai accomplissement car s'aligner sur une course comme celle-ci nécessite une préparation spéciale, une rigueur annuel et lorsqu'on franchit cette ligne d'arrivée sans souffrance on se dit que le travail fini toujours par payer.

C'était la première fois que je faisais autant de dénivelé sur un parcours aussi long (j'avais déjà fait la SaintéLyon avec ses 75km mais 1900m de D+ et l'OCC cet été avec ses 3000m de D+ mais sur 53km...) donc autant dire que c'était une nouveauté de plus dans ma petite carrière de trailer!!

J'en ressors plus fort encore, car j'ai vraiment su gérer l'ensemble des paramètres qui peuvent te faire quitter ton dossard à tout moment (alimentation, hydratation, vêtements, gestion de l'allure, gestion de l'effort, l'attention permanente en descente etc...).

Après tout ça on se dit finalement j'aurais peut-être pu faire un peu mieux (aller chercher les 12h, car je ne fini pas dans le rouge, mais je me dis surtout que j'ai pris du plaisir jusqu'au bout et que j'aurais pu finir bien pire aussi voir ne pas finir du tout comme certain(e)s (464 abandons quand même et j'en ai vu des pas bien du tout...).

Je ne suis pas pressé, je ne veux pas brûler les étapes, je reste humble face à ces efforts et ces courses qui peuvent paraître hors normes de l'extérieur, car je vois déjà une belle progression en 4 années de pratique et je m'en contente.

Ces courses me serviront plus tard à aller chercher encore un peu plus de km, être finisher un jour d'une CCC par exemple (101km et plus de 6100m de D+ par exemple, voir un jour un ultra-trail un vrai de 160 bornes!!!).

Je tiens à remercier avant tout ma famille (mes parents et ma fille) qui ont fait le déplacement pour moi, avec moi, qui ont sacrifié des heures de sommeil pour moi, qui ont été présents quand j'en avais besoin, qui parfois s'en font pour moi quand la nuit tombe par exemple et ne me vois pas arriver, ainsi que toutes les personnes qui m'ont suivi derrière leur téléphone ou leur ordinateur, ça fait vraiment chaud au coeur de lire tous vos messages d'encouragements, sans oublier ma chérie et mon petit loulou tous 2 restés sagement à la maison.

Ma chérie je la remercie particulièrement car sans elle, sans sa compréhension, je ne pourrais pas m'aligner sur de telles courses. La réussite et la satisfaction d'être finisher je le dois aussi à l'ensemble de ces personnes qui gravitent autour de moi et qui me comprennent dans mon sport! Un grand merci également à l'ensemble des bénévoles qui ont assuré tout le long, d'une grande gentillesse, serviable et qui nous ont proposé des ravitos très très copieux et diversifiés (il n'y avait pas que des TUC...mais aussi des tartines de roquefort trop bonnes, de la soupe...!!).

Prochain rdv pour clôturer cette belle année, la SaintéLyon en solo sur le format long (72km et 1800m de D+) le 7 décembre prochain pour essayer de faire mieux que l'année dernière (11h17min) et idéalement gagner une heure...!!!

Publié dans Courses 2014

Commenter cet article